BBB : Bach, Bill et la Bretagne (et la mouette)

Ce soir, la composition « peace piece » de Bill Evans enveloppe l’air, libère les notes et invite à faire des petits pas, comme Basho sur sa sente étroite du bout du monde. Son phrasé couvre, sans faire de bruit, celui des moteurs ronronnant du périph.

De Bill à la Bretagne, le chemin est escarpé, il passe par le Canada, les grands espaces, et la maison de Glenn Gould. La partita n°3 accélère le pas. Il ne fait pas encore froid, bien au contraire.

Et hop, l’oeil s’échappe de la fenêtre de l’hôtel Vauban sur le port du Palais, à Belle Ile, pour sillonner la côte, Douarnenez, la pointe du Raz et sa baie des trépassés, et prolongations jusqu’à Locquirec avant de retrouver la douceur de vivre d’un petit port de Loire Atlantique, tout près du Captain et des siens.

Avec dans la tête, le souvenir de lecture d’un très joli conte, « histoire d’une mouette et du chat qui lui a appris à voler » dans lequel Sepulveda écrit « seul vole celui qui ose le faire ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s