Pirate de l’immatériel

Voyages en roues libres

Sous ma cap de pirate, je fuis, je suis, sur mon vélo. Entre les gouttes, je me faufile, et je songe à mon vol en train de se faire, qui n’a pas de consistance, et qui ne vaut pas trois cacahuètes. L’objet du délit, saisir le temps, sans lui demander la note, car la « conta », dans ce cas, ne compte pas, mais le décompte en revanche est bien là, qui résonne, et fait splash, à chaque coup de pédale.

En cet instant, je voyage dans la profondeur immatérielle du temps, qui s’efface et qui est, alternativement, ou de manière synchrone, avant de s’effacer à nouveau et de renaître, jusqu’à s’inscrire par bribes, plus ou moins déformées, dans ma mémoire de pirate.

Je fais des loopings, ou du sur place, le temps goutte, et me submerge. En zig zag, j’avance en crabe, j’en ai oublié mon vélo. Les roues sont libres, le pirate voyage, le pirate est libre, les roues voyagent. Le temps a piraté mon vélo, mon cap est de pirater le temps, pour retrouver mon vélo et sentir les coups de pédale, réels, imprégner, mon corps et ma tête de pirate.

tumblr_oci7unu5s51u0su2oo1_1280

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s