Nelson aux doigts d’argent(in)

Nelson Goerner est un pianiste Argentin, proche de Martha Argerich, avec laquelle il a beaucoup joué. Il est rare sur scène, il est rare tout court. Il est un passeur extraordinaire qui tisse des liens entre les compositeurs. La filiation entre Bach et Beethoven ce matin au TCE était évidente. Il a joué l’air varié dans le style italien en la mineur BWV 989 de Bach puis la Hammerklavier de Beethoven et en bis les pas dans la neige de Debussy.

Il a un toucher d’une grande souplesse, sur Bach, le Steinway ne sonnait pas comme d’habitude. On se sentait plus proche d’un  piano-forte. Les notes s’égrenaient comme les pas dans la neige.

Avec la sonate de Beethoven, on ne savait plus où on était, entre folie et apaisement, grandeur et minimaliste. Nous avons été remués, saisis, tétanisés.

Et Debussy, c’était un avant-goût de l’hiver. Les pas dans la neige, c’était ceux de notre passeur, un détour du Père Noël avant l’heure !

Il revient fin 2017 au TCE, courez-y.

PS : Cécile a czpturé notre échange, lors de la séance de dédicace. Il joue 4h par jour, ses yeux sont bleu acier. Il est juste gentil, son regard est doux, et parle bien français.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s