Point de lendemain sans deux mains reliées par un point, mais quel point et jusqu’à quel point ?

Qui suis-je ? Un cerveau des jambes et des mains reliées par un drapé de systèmes organiques et nerveux. Sans les mains pas d’écriture, ni de prise sur la vie. Pas de dessin ni de dessein. Pas de piano ni de panier. Pas de tendresse ni de caresse. Pas de bagues ni d’annulaire. Pas de protection de l’enfant ni de salut du cœur.
Haut les mains, dans les poches, sur la table, devant les yeux, sur la bouche, sans point de fuite, juste là, sans qu’on y pense, porté par le désir de chanter :

« J’ai ta main dans ma main, je joue avec tes doigts » de Charles Trénet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s