Allez, on y va, là-bas !

Avant de faire le grand saut, le corps tremble, et avec lui, les éléments naturels qui l’environnent, saisis, comme si c’était la dernière fois, par le regard et l’ouïe, aux aguets, suspendus.

Furtivement, on se dit que ce n’est pas vrai, on se rassure, non ça ne se passe pas, là, maintenant, c’est juste un rêve de voyage et en même temps je sens bien que c’est un instant mouvant du réel qui m’échappe et que le décollage va arriver.

Comme pour l’âne, sur cette peinture photographiée au Musée de Vendôme, signée de Jean-Gilles Badaire, heureusement découverte ce week-end, l’impression qui précède l’envol et la découverte d’un continent, d’un peuple et de l’inconnu me donne envie de danser, de me laisser emporter par un tourbillon vif, une vague aérienne.

Je respire un grand coup et je m’en remets à la poésie des mots, des dessins ou du cinématographe, pour mieux comprendre la métamorphose de l’être humain au moment qui précède son abandon, son lâcher prise.

Je sais que je vais rencontrer l’inénarrable du savoir et de l’être, entremêlés, dans leur nudité première et sans chercher à le retenir, le besoin de l’écrit et d’Antigone Gone disparaîtra, temporairement ou à jamais.

Etre deviendra mon seul savoir et puis, on verra, on écoutera, on touchera à l’essentiel. Allez, on y va, là-bas ! « On » peut sembler impersonnel, pourtant, je ne crois pas que je serai seule dans ce voyage, je vous trimbalerai dans mes bagages…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s