Du balai au ballet

Ma fée parisienne, qui voyage du côté de la Charente et de la Touraine, jusqu’à la Bretagne, et au-delà de l’hexagone, a un sacré cœur en elle et devant elle, mais surtout elle manie avec adresse et facilité le balai. Elle n’est pas que ma fée, elle est aussi ma sorcière bien-aimée.

Elle y va de son poignet et d’un coup de hanches supersonic, la voilà, en décollage à 70 degrés, à plein régime et sans ceinture. Avec générosité, elle m’embarque, sur son bout de bois poilu et je sens la maîtrise dans sa conduite comme si elle était au volant d’une Merco.

J’aurais aimé lui offrir ce balai indien mais l’objet est un peu encombrant et pas le plus chouette des cadeaux. J’ai opté pour des photos de celui-ci seul, ou entre les mains de femmes indiennes qui balaient le sable les feuilles et la poussière. Elles semblent danser quand elles le pratiquent. Elles pivotent autour de l’accessoire qui n’en est pas un mais un partenaire, un bout d’elles-mêmes.

Du balai au ballet il n’y a qu’un pas, l’art, et avec toi, chère fée, nous conjuguons les deux. Crystal Pite « season’s canon » fut un feu d’artifice sur la scène de l’Opéra Garnier et ce n’est pas fini !


Allez rideau et moustiquaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s