Pagaie, faut voir !

L’être humain que je suis pagaie le jour sur des eaux plus ou moins calmes. Gaie ou pas gaie, gay ou pas gay, faut voir. L’important est de pagayer pour suivre les mouvements de l’eau sans se laisser entraîner par les courants, quels qu’ils soient, surtout l’uniformisation des courants de pensée, cette facilité qui concourt à se faire porter par la masse dite humaine, relayée par des media qui ne pratiquent plus le vrai débat ou à la dialectique car ils ne s’intéressent plus à la liberté de pensée.

Je pagaie et je regarde l’horizon, les rives et la dérive de l’embarcation. Je sens, la vie, qui glisse comme la barque sur le temps et l’espace. Je suis debout et je regarde pour voir, j’écoute pour entendre, et j’avance tout entier, dans le monde qui bouge, qui tremble, qui se redéfinit sans cesse comme le pagayeur que je suis.

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Estuaire dit :

    J’ approchais de l’estuaire , les senteurs océaniques étaient présentes mélangées à celles de la terre labourée et des pâturages humides. L’embarcation subissait le courant de la rivière et les vagues inversées par le retour de la marée.
    J’étais libre dans ce territoire navigable et devant moi s’ouvrait l’immensité de l’océan. De cet instant j’ai toujours conservé le goût de la liberté et de la solitude des grands espaces.
    En moi je porte toujours le façonnage de mes navigations adolescentes parce qu’elles avaient l’attrait de la découverte et le choix de la décision.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s