L’automne indien c’est mieux que l’été

Pas de feuilles sans arbres, pas d’écritures sans feuilles. Il paraît qu’un arbre produirait 8 000 feuilles de papier. Petit exercice du dimanche soir : combien économisez-vous de feuilles de papier et d’arbres si vous écrivez sur un blog, un article, par jour, pendant une vie d’adulte, dont l’espérance de vie est calée sur la moyenne des pays occidentaux ? Vous avez 5 minutes !

En Inde, et ici, j’aime déambuler au milieu des arbres, j’aime leur compagnie ainsi que celle des branches, de leurs feuilles et de la page blanche sur un cahier. Quoi de plus beau que les arbres ? Ils s’enracinent dans la terre et s’étirent vers le ciel, la lune, le soleil, les étoiles. Feuillus, ou nus, regardez-les sous toutes les coutures, jusqu’à leurs feuilles colorées, mordorées, jamais les mêmes, comme autant de bagues ou de bracelets célébrant la sève et la photosynthèse.

Ce soir, je vais m’endormir comme un arbre, et je vais laisser la lune faire son travail de photosynthèse, on ne sait jamais, demain matin, je serai peut-être feuillue !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s