Ava rit

Pour changer, je ne parlerai pas des avaries de la ligne 13, car ce sujet ne parle qu’à ceux qui l’empruntent. D’ailleurs, y en a une, en ce moment, d’avarie…Loin du concept, nous ressemblions à des otages avariés lorsque nous avons dû nous résoudre à sortir sur le quai de Montparnasse. Pour information, cette station de métro s’affuble de la qualité de « Bienvenue ». Ouf, « sauvés », sur le quai, je revis, ravie d’être libre, libérée d’un air avarié (à prendre dans son acception contraire de « varié »,  en lien avec le « a » privatif, comme avec « agueusie » dans le film  » l’aile ou la cuisse », privation du goût…) !

Je ne parlerai pas non plus des avaries de production des centres X ou Y de nos industries. Je ne parlerai pas des viandes avariées. Ces avaries sont un aveu d’échec, pas très relatif, de nos processus et de nos modes de gestion occidentaux contemporains.

En revanche, je parlerai volontiers d’Ava Gardner, la comtesse aux pieds nus, l’amoureuse du Hollandais volant ou du Juif errant, la femme de the Voice, Frankie Sinatra, de ses yeux en amande aux reflets pourpres et de son sourire, antichambre de son rire légendaire.

Oui, quand Ava rit, ça me fait oublier toutes les avaries du monde et c’est pour cela que souvent femme varie, c’est pour s’évader, changer, évoluer, grandir, vivre, exister au-delà des modes, pour n’être que rire, libre.

Ce soir, j’ai prévu quelques âneries car quand Anne rit, Ava se marre aussi.

PS : RATP, sans vous, je n’aurai pas écrit ce billet doux … merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s