En ville, les arbres taillent la route

L’heure du printemps éclaire le ciel et l’horizon. Le bleu perce nos yeux et les arbres s’allègent de leur duvet hivernal. Exhibant leurs protubérances, les troncs semblent agiter leurs bras nus et leurs articulations en titane.

Je me réchauffe les mains rien qu’en regardant ce bois vivant qui  résiste au temps et qui illumine la rue et la vue. Les champs de béton en ont des frissons. Moi aussi.

Dans quelques mois, les arbres me montreront leur barbe feuillue et je leur laisserai entrevoir le duvet poilu d’Antigone en hibernation, pas décidée à cisailler avant l’été !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s