I comme Easy 

En ouvrant le rideau d’un izakaya, une petite brasserie japonaise où l’on vient manger et boire, à toute heure et selon son humeur, je me dis, I comme Easy, car c’est facile de se laisser porter par l’inconnu lorsque la dégustation et l’éveil des sens sont conviés.

Je suis et continuerai d’être une « gaijin » au Japon, littéralement traduit par « une personne de l’extérieur ». Néanmoins, l’important, c’est de se fondre, d’apprendre le 1er niveau des kanjis et d’oser une prononciation des expressions essentielles.

I comme Easy, aujourd’hui fête de mon papa et des autres papas, je mets mes getas et je danse comme la mouche cha cha, celle qui me chuchote tout bas, « voi che sapete »… (vous qui savez). Mozart et Beaumarchais ne sont jamais loin quand il s’agit de voyage et de décalage des mondes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s