Baignade au clair de la lune

Il fait nuit, je suis nue, rafraîchie par le vent orageux,

Derrière la fenêtre, je plonge un regard brun,

Une sirène me parle du mystère abyssal,

Sa nageoire ventrale remue l’onde de ma tranquillité.

Elle s’éloigne de ma vue retenue par la brune,

Le silence prolonge sa venue,

Je me baigne dans l’ignorance de cette énigme,

Mue par la lumière de notre galaxie.

Minuit sonne, je m’endors sur les vagues,

Allongée sur les dunes, la lune m’a rhabillée.

 

.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Emilie dit :

    Qui cherche la lune ne voit pas les étoiles
    La lumière blafarde plutôt que les feux de la rampe

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s