De Rodin au Grand-Palais en passant par le Petit

La matinée s’apparentait à une étape préparatoire à quelque évènement à venir. Une casquette, des chaussures, des jouets en bois, l’essentiel avait été collecté aux bons endroits pour l’objectif assigné. La pause méridienne s’était invitée, permettant au corps de se déposer et à la tête de rester tranquille, un « entre-deux », le temps de regarder, d’observer, d’affûter l’objectif, de le reprendre en main. Les nuages, ces merveilleux nuages, gris, laiteux, se fondaient dans le bleu. Je me ressourçais dans le jardin du Petit-Palais en essayant de capter l’instant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis, les retrouvailles avec E. et J., nous ont rapprochées de l’exposition Rodin, au Grand-Palais, de la foule et du foutraque délibérément articulé par les conservateurs qui nous baladaient dans tous les sens, sans pédagogie aucune. Il s’agissait de montrer l’apport du maître, dans le monde de l’Art et des courants artistiques, depuis ses 1ères oeuvres, très académiques et classiques, répondant à des commandes institutionnelles, jusqu’à ses expérimentations en plâtre, jouant sur des groupes de personnages qu’il extrayait de ses oeuvres majeures passées telles que la porte de l’Enfer et les déclinait autrement. Si l’on en croit cette exposition qui porte aux nues l’Homme et l’Artiste, 100 ans après sa mort, il aurait influencé nombre d’artistes modernes et contemporains, en vrac Beuys, Richier, De Kooning, Schiele,…qui pour certains s’en réclamaient, Giacometti notamment.

Cherchez la filiation …

L’une des « trois ombres », oeuvre postérieure à celle composée initialement pour la Porte de L’Enfer de Dante, à destination du Musée des Arts Décoratifs qui, finalement, n’a pas retenu l’oeuvre, rassemblait 3 statues, quasi collés les unes aux autres, chaque homme, chaque ombre tendant son bras gauche en avant, le poing fermé.

A ce moment de l’exposition, l’ombre singulière se décline sur le panneau de l’exposition, et sur des oeuvres contemporaines. L’ombre, une réaction en chaîne, naturelle, éternelle.

Et si le contenant suffisait à évoquer le tout ?

Rodin c’est aussi un artiste empreint d’un certain classicisme, au plus près des Praxitèle et d’autres sculpteurs grecs du Vème siècle avant J.C ou d’artistes de la Renaissance italienne.

fullsizeoutput_d1d.jpeg

Georg Baselitz était là aussi, au pays des influences et des expérimentations de Rodin, un bronze peint en bleu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et, l’heure du champagne est venue, en terrasse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s