Sur mon lit dans le noir à Osaka (1)

Pour danser, j’avais envie d’horizon alors je me suis allongée sur mon lit, dans ma chambre d’hôtel de 8 mètres carrés. Les bruits de la ville d’Osaka ne sont pas virtuels ni lointains, bien au contraire, ma chambre fait écho de leurs présences. Il faut bien que les Hommes vivent et usent de leurs véhicules motorisés pour circuler, sortir voire voyager. J’entends aussi mes voisins de l’hôtel, d’autant que ma chambre jouxte les wc. Je ne rëve pas et pourtant un peu quand même. Ainsi j’oublie les bruits, seulement…  

Dans ma maison en papier de riz, sur mon lit, allongée dans le noir, j’écoute, une autre forme de bruit pour certains,  du rap « zen » qui swingue, découvert cet après midi dans une friperie. J’ai demandé aux vendeurs qui était le groupe et là, ils ont cherché et m’ont montré leur play list et c’était Kero One un DJ mi américain mi coréen vivant à San Francisco.

Ce qui me plaît c’est que ce musicien fait la synthèse entre le jazz et le rap. Et puis, j’aime ce titre de 7 minutes « in all the wrong places », il y est question de « looking for love… ». 

C’est une invitation, « une promesse » de néon ou du néant, une envie de regarder autrement l’horizon. 

A Osaka, je me sens bien, même dans ma chambre. 

Ps : écoutez aussi de lui « shortcuts » et surtout « fast life » avec une voix féminine splendide. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s