Dans la rizière, over the window

Derrière la fenêtre, je regarde les ponts, les étendues vertes des rizières (dans lesquelles ma souris gambade avec frénésie et rit aussi) et la mer bleue de Seto (que je n’ai pas effleurée du bout des doigts de pied, seulement du coin des yeux) s’éloigner.  Je sens la nostalgie me gagner, la fin du séjour se rapprocher. Mon cœur se balance comme le shinkansen, et le rail mono ou pas, défile à la vitesse d’une horloge, parce que c’est ainsi, la précision suisse suit son cours, inexorablement. 

Je regarde par le trou d’une aiguille et je sens percer le mystère de la vie celle que l’on veut si l’on peut, avec sa structure multiple qui fait qu’on est mieux ici que là, avec toi plutôt qu’avec soi ou l’inverse. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s