L’heure est « grave », endormons-nous sur un lit de lentilles d’eau 

Ce matin, j’ai marché vers la City via Old Street et j’ai marqué un arrêt à la galerie Victoria sur les conseils éclairés de T. L’endroit vaut le détour, les accrochages ne m’ont pas saisi l’œil. Les ruines et les lentilles d’eau sont visibles depuis l’arrière cour de la galerie.  La hauteur sous plafond, la structure en acier et l’escalier laissent à penser que cet endroit est un ancien site industriel. 

Et, puis, près du marché de Spitafields, j’ai eu un coup de cœur pour des chaussures de chez Cheaney, l’ancien duettiste de Churchill, le dernier ayant été racheté par Prada. Le 1er reste accessible, c’est du made in GB, sauf que, je vais devoir attendre la venue du père Noël, avec sa grande barbe…pour les récupérer. Je n’ose écrire pourquoi… 

Pour reprendre mes esprits, je me suis transformée en pierre qui ne roule pas et qui, en conséquence, amasse mousse. Car en mousse, je m’y connais, n’est-ce pas mon Captain ! 

Je crois devenir chèvre avec mes CB et, puis, yep, la lumière revient et je me dis tout va bien.

Ps : pour ceux qui connaissent les préraphaelites, ce mouvement de peinture anglais du 19eme, qui lorgne du côté de la Renaissance Italienne et du Symbolisme, il existe une toile de Rossetti avec cette représentation d’Ophelia endormie, morte, sur un lit d’eau et lentilles. La prochaine fois, j’irai la voir à la Tate Britain ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s