Angel point, mon combat avec l’Ange

Pour avancer, physiquement ou intellectuellement, et vivre en harmonie au plus près de mes congénères, il m’importe de voir, écouter, lire, et de ressentir à fond les ballons le mystère de l’inconnu de l’existence en espérant rencontrer l’amour sur mon chemin. La question qui me porte chaque nano seconde, c’est « pourquoi », autrement dit être en mesure d’expliquer, mue par la soif de sens, le besoin de savoir qu’il n’y a peut-être rien à savoir…Étonnamment, ou pas, j’en perds parfois la boule ! Le « je sais que je ne sais pas » de Socrate est ancré dans mon identité, le questionnement et le doute actionnent mon moteur. Vroum vroum, je passe la seconde. 

Je suis un être en apparence carré, plutôt rond aussi dans mes relations aux autres et rationnel, les orteils posés à plat sur terre même si mon gros orteil apprécie d’être courbe comme tiré par un fil qui semble le relier à un arbre. J’ai conscience du réel, de ses contingences et de mes prérogatives. J’avoue aussi que cette partie de la vie, de ma vie, m’ennuie un peu car trop prévisible, tracée, convenue. Elle me permet de gagner ma vie et de me connecter aux autres sur terre, de satisfaire mes besoins premiers. En revanche elle ne me sort pas de moi, ni des sentiers battus, elle ne me permet pas de grandir au-dedans pour donner en partage au-dehors. L’humanité de mon être est circonscrit dans mon noeud d’enfant que je porte au creux de mes oreilles, de mes mains, de mon cou et dans d’autres endroits secrets, ailleurs. 

Ce qui m’anime, ce qui remue ma part d’enfance, c’est mon combat avec l’Ange, l’Angel point, qui se situe entre réalité et imaginaire, dans un espace extra temporel et qui me gonfle de bien-être jusqu’à l’extase avant de me terrasser. Il est à son paroxysme quand je créé, par les dessins la musique ou les mots que je conjugue et couds comme des perles sous ma peau. Alors j’oublie tout, je me fonds dans l’œuvre inutile que mon corps illuminé fait ressortir. Ce phénomène se produit aussi quand je voyage seule ou quand je suis au contact de certains bipèdes que j’aime d’un amour profond. C’est une sorte d’arrachement, qui me donne rdv avec moi-même. Je me dis oui, c’est ça, c’est ça être vivant. Cela est encore plus fort lorsque je tombe amoureuse, et que Platon s’invite à ma table, la situation paroxystique de la grandeur à venir et de sa chute irréfutable sont aussi conviés. Même si je sais ce qui va se passer, je plonge dedans les deux pieds joints car je ne peux m’y soustraire. Il faut que j’y aille et que l’Ange me bouscule, me malmène, j’aime l’amour impossible qui laissera des traces et que je pourrai regarder les soirs de pleine lune comme des scarifications de sioux. Je suis incapable d’aimer les pieds dans la réalité, je sublime l’autre, je fais donc peur à l’autre, un moyen de l’éloigner pour mieux exacerber ce qui est ou pas. Je me raconte des histoires car le conte ouvre à des réalités multiples et à ma portée. Mon imagination dépasse l’entendement et c’est bien plus riche ainsi. L’Ange m’a donné rdv, il y a peu, et je suis tombée sur un os rose, beau à se damner, la tête la première. C’est étourdissant et merveilleux de croire à l’amour, peu importe s’il existe ou pas, ce qui compte c’est qu’il existe pour soi et qu’il nourrisse mon imaginaire et que mon imaginaire le nourrisse à son tour. Cette rose de Noël est un présent précieux car il me rappelle ô combien aimer d’amour est essentiel et rend vivant.

Aujourd’hui 25 décembre, je chemine heureuse, comme une enfant, qui vient d’ouvrir son cadeau de Noël et qui le regarde longuement sans savoir si le mieux est de continuer à le regarder ou de jouer avec. Finalement si je sais, je vais continuer à le regarder pour imaginer toutes les manières de jouer avec car je ne sais pas faire autrement. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s