« A bout de souffle » is back

Si maman me voyait, elle me dirait « tiens, voilà mon troisième garçon » ! Mon côté raisonnable, en apparence, a besoin de flirter, de temps en temps, avec le pétage de plomb et que l’explosion soit visible, autant laisser des traces, histoire de faire son intéressante, et de se faire remarquer…

Ce soir, il faisait chaud, et après notre sortie de service, j’avais besoin d’aérer ma caboche. Cuisiner rue de Penthièvre à l’Atelier des Chefs, dans le cadre professionnel, ça libère les neurones…Peut-être que monter la chantilly à la main en vue de réaliser des tiramisus à la fraise ne m’a pas tirée vers le haut, car n’est pas la crème de la crème qui veut !

Cette coupe courte me ramène 20 ans en arrière, comment ne puis-je me souvenir de ce pull noir avec une marguerite, de la photo aussi ? Il paraît que les cheveux connaissent plusieurs vies et donc les cellules aussi et le cœur probablement, si et seulement si, il peut encore croire à l’impossible.

En attendant je ne sais quoi, car je n’attends rien, ni qui que ce soit, je me passe la main sur la nuque et je me dis, tout simplement, qu’est-ce que c’est doux, doux comme un nid douillet de petit poussin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s