Point de vue d’une baignoire, place de l’opéra …

Depuis cet été, je réponds bien volontiers « oui » à l’invite de prendre des bains, qui conduit à sentir mon corps se liquéfier et à voir mes pensées s’évaporer. De manière visible et ça s’entend aussi, je baille aux corneilles après quelques minutes d’immersion, de la mousse sur le nez et sur l’eau chaude dans la salle de bain orange et marron. Happée par la chaleur humide, je perçois mon apaisement, confortablement installée dans la baignoire et me rappelle que je suis un petit mousse car je porte toujours mon pompon sur la tête. Mon hôte sourit de la scène et écoute en passant l’œil, veillant à ce que je ne me noie pas !

Pour ne pas m’endormir dans l’eau, je cale mes coudes et mes pieds. Ainsi je me relâche et finis par somnoler. Puis, au milieu d’un rêve fumeux, je me réveille, ailleurs, dans une autre baignoire, place 4, derrière la Porte 19, à l’opéra Garnier…La « Decadance » va bientôt commencer. Non, je ne vis pas un songe, Ohad Naharin a revisité son ballet pour l’occasion. C’est une question de secondes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s