Arrivée sous la pluie à K.

A Kanazawa, après 3h de shinkansen et de traversées de tunnels perçant les Alpes Japonaises moins hautes que le point culminant du Japon qui reste le Mont Fuji avec 3.776 m, j’ai essuyé la pluie et bien sûr, comme j’ai l’habitude de choisir mes hôtels sans regarder leur distance des gares, eh bien j’ai marché plus d’1km sous la pluie ce qui se fait très bien. Grâce à cet éloignement du centre névralgique de la gare et des tours environnantes, j’ai dégoté un restaurant local dans un vieux centre commercial en taule et j’ai fait la queue vingt minutes sachant que j’étais la 9eme et en un quart d’heure vingt personnes attendaient après moi. Il n’y avait que des japonais alors j’ai suivi.

J’ai pris un « don » ce qui signifie des sashimis sur un récipient en bois rond et dessous au moins 500 g de riz. Puis-je avouer que c’était très bon et que la découpe du poisson était supérieurement fine d’où l’intérêt de savoir tenir des baguettes…J’ai été installée au bar, et ma voisine japonaise a eu quelques loupés, je gloussais en mon for intérieur.

Le poids des photos dira tout le plaisir que j’ai ressenti. La crevette crue waouh, et le crabe prédécoupé une bombe. Le thon, la seiche, la coquille St Jacques, le saumon…tout le poisson cru était divin. Y compris la petite omelette finement ciselée et des choses que je ne savais nommer. Pas de menu en anglais. Et bien sûr le riz, la sauce soja peu salée et le wasabi tout était très frais, peut-être parce que la mer du Japon est à côté !

Mon hôtel est une auberge de jeunesse encore plus minimaliste que ma dernière chambre d’hôtel. C’est très chouette, le coin café propose des thés du café mais aussi des liqueurs de yuzu, de prunes…faites maison. Ce sera pour ce soir, compte-rendu à l’appui !

A la gare en arrivant je n’ai pu l’empêcher de photographier ces dames qui attendaient un train car elles picoraient un ekiben dans la joie et la bonne humeur !

Sur le chemin encore avant, à travers les vitres, j’ai regardé les couleurs d’automne qui n’ont rien de purement japonaises mais qui ravissent mes yeux chaque année.

Et enfin, j’ai vu ce Mr sur le quai de la gare de Karuizawa, un nom mythique pour tout amateur de whisky nostalgique !

Et voilà my room pour deux nuits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s