Visiter ou être de passage

Je ne suis pas sage mais de passage sur terre. Visiter en touriste devient pour moi une affaire compliquée à vivre. Ce matin, dans le quartier des geishas, je n’ai pas fait long feu, au moment d’en photographier une, comme nombre d’homologues anonymes, mon appareil en mode manuel a pris une longue pause. Et, là, je me suis dit, toi t’as raison, c’est un signe, allons ailleurs.

J’ai choisi un centre commercial figé dans les 70s bien kitsch, un BHV pour mémés pas branchées, le contraire de Paris, pour me recentrer en mode ellipse, à la recherche de ma force centripète. Et, je n’ai pas fait de photos des dames qui suivaient des cours de vannerie ou des stands, qui vendaient du tissu au mètre ou des pelotes de laine ou des meubles de cuisine, j’ai vu et j’ai vécu à ma façon le jus de K., il battait la mesure, et le rythme me ramenait à l’impermanence des choses.

Par hasard, je suis tombée sur le musée de Yanagi Sori que j’ai décortiqué dans ses moindres détails, comme un show-room de décoration d’intérieur, la veille d’emménager dans un nouvel appartement.

J’ai besoin de mouvement, d’aller dans le courant, de nager, de sentir l’émerveillement devant le presque rien, et d’écouter le bruit et la fureur de la rue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s