Voyager léger

Depuis mercredi 21/11/18, 15h, la petite boite noire qui m’accompagne et me permet de rester connectée avec internet, appelée « pocket wifi » achetée ou plutôt louée via « Vivre le Japon », agence spécialisée rue Ste Anne à Paris, et que je recommande vivement, a rendu l’âme. J’ai donc troqué la petite boîte contre une vieille carte en papier. J’adore, c’est d’ailleurs plus fiable pour ma façon de marcher et de m’orienter car la pocket se perd et ne va pas assez vite pour mes pas ! Toutefois, je ne dispose pas de toutes les cartes en format papier de tous les quartiers de Tokyo et encore moins de la banlieue alors je vais me limiter à mon lieu préféré, Aoyama et un autre celui des îles artificielles de la baie que je n’ai pas sur carte mais je me débrouillerai et peut-être que je retrouverai ma guide Mari.

Hier vers 16h, j’ai fait une belle rencontre dans une boutique d’orfèvrerie française. Maman voulait que je me renseigne sur un modèle qui est arrêté à la fabrication en France, et qu’éventuellement, je rapporte un couteau. Le modèle d’exposition a fait l’affaire… Mais surtout, ils ont été hyper pro, bien plus que dans certaines boutiques parisiennes ! Une japonaise parlait très bien français car elle a vécu 8 ans à Dijon. Elle m’a dit qu’elle n’avait que 2 jours de congés par an vu le nombre restreint d’employés. Nous avons bien échangé, je lui ai donné toutes les super adresses du quartier, restaurants cafétérias et immeubles à visiter et, elle et son boss, étaient ravis car ils ne les connaissaient pas. Le patron du magasin était Français marié à une Japonaise, père de deux petites filles d’une dizaine d’années et il m’a dit qu’ils iraient vivre en France quand les filles seraient un peu plus grandes. Il regrettait Paris. Ce qui m’a étonnée c’est qu’il avait totalement adopté les attitudes d’un Japonais, très peu de mouvements sur son visage et au niveau du corps, pas de témoignage de sentiments de joie ou de tristesse, des phrases courtes. Ses vêtements étaient très sobres, c’était extraordinaire. La jeune femme japonaise m’a semblé plus expansive et heureuse de parler français et de la France.

Après être rentrée à l’hôtel, pour vérifier la pocket wifi, je suis repartie à la boutique et j’ai donné le guide de « Tokyo idéal » à la jeune femme, excellent guide, publié par « Vivre le Japon », acheté à Vendôme chez ma libraire préférée et qui vient de sortir. C’est grâce à ce guide que j’ai découvert la banlieue Seijo, Senju…que nombre de Tokyoïtes ignorent car le Grand Tokyo est immense et leurs jours de vacances limités.

Elle était très heureuse de me revoir même si je lui avais promis car, je lui ai demandé un service, à savoir qu’elle aille donner la feuille du guide qui concerne le gérant du café de Senju d’autant qu’elle m’a dit qu’elle n’habitait pas loin. Je lui ai parlé de fil de l’amitié, c’était un moment rare. Elle m’a donné ses coordonnées et moi aussi.

Le guide d’architecture, mardi, m’a dit, car je l’ai mitraillé de questions, qu’en moyenne, à Tokyo, les gens passent 3h/jour dans les transports en commun et qu’ils travaillent de 9 à 19h. Aussi, pour des raisons professionnelles ou pas ils dînent souvent seuls en ville car le temps qu’ils rentrent chez eux, il sera tard.

J’ai dormi comme un loir après mes émotions d’hier et les deux Laphroaig. De 22h à 9h !!!

Un matin sur deux je demande aux femmes de chambre de passer leur chemin, elles aiment et me connaissent maintenant ! Mon lit est défait et je ne le referai pas, c’est le luxe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s