Maison musée de Rubens

8425982C-E292-4ABE-81C6-F154ADF2F5B251F85B45-F33E-465E-A675-E8F07162EC3777131B70-2752-4071-A9B8-8709FFD3405C9ADE5EED-3F09-4682-BCC5-5D0EB3702823FC1B1C8F-C067-47FD-9F8B-29C3B1D09F4C388FAEF0-EFAE-43E1-8CDD-B3FC18E5D8F7BB977044-6653-4AF1-A99D-B71EBB443B8114D8F9AA-0FAC-43A4-8033-E5A3DED1858AF13B83D1-723D-486D-A9A3-30214174105BFCF1EB19-8A6D-43D8-892A-B299DF7549C3DC915537-D160-40D9-AF9F-CC901888F1104E559A29-BBBF-415D-B5AF-D97E486A72DCD8B418D4-AFA0-4364-9AFD-8E8D43FE8CC2F23680DA-AED3-4528-AA0F-BBAFD2F0EA37Rubens était enfant et petit-fils d’apothicaires. Il a fait ses armes dans l’apprentissage de la peinture à Rome comme c’était l’usage aux 16/17eme siècle. Il était un collectionneur d’œuvres anciennes (bustes antiques) et contemporaines. Il ne pouvait s’empêcher de faire des retouches sur les œuvres acquises. Ses traits étaient longs et légers. Il a réalisé 4 autoportraits (ci-dessus l’homme à la barbe) alors que Rembrandt une quarantaine. Antoine Van Dyck a appris à ses côtés, surdoué et auteur du portrait de Marguerite de Lorraine et d’un autoportrait jeune ci-dessus. Le porte-fraise permettait de préparer l’accessoire du vêtement des riches commerçants anversois qui pouvait nécessiter jusqu’à 15 m de tissus pour une fraise !

3EB1AE95-A61B-4A9C-A079-EC16ACD56A9E

Mercure est de l’aventure…dieu du commerce entre autres…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s