Sur les chemins de traverse poussent des fleurs

Les trains restent à quai, l’Antigonegone que je suis, aussi, confinée dans mon nid. J’écoute l’émission de France Musique, qui compare différentes versions d’une même œuvre et aujourd’hui cette tribune met à l’honneur Ernest Chausson, « le poème de l’amour et de la mer », un poème symphonique magnifique sur un texte de Maurice Bouchor.

« Le temps des lilas et le temps des roses
Ne reviendra plus à ce printemps-ci ;
Le temps des lilas et le temps des roses
Est passé, le temps des œillets aussi.

Le vent a changé, les cieux sont moroses,
Et nous n’irons plus courir, et  cueillir
Les lilas en fleur et les belles roses ;
Le printemps est triste et ne peut fleurir… »

9F0E3E84-A201-400E-AD27-27C20D4E51AB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s