Être deux même seul(e)

Si la parenthèse appelle un (e) alors pourquoi pas deux. M’aime qui me suis, même seul(e) peut devenir pluriel. Un(e) + un(e) …la vie du compte à rebours enfle le jour, sans bruit, et la nuit, elle se dégonfle en faisant Zzzzz ou pschitt. Ainsi le temps s’enfuit, hagard, sur la pointe des pieds. Parfois, il s’arrête net lorsque souffle la trompette d’un autre cœur. Chaussée de docks et de ma coquetterie orange, j’ouvre la porte, espérant qu’un(e) invité(e) sonne, mais non, je n’ai croisé que ma personne au bout de mon nez. Il suffit d’un zeste, pour que le marchand de sable me sorte du nid et que flottent mes rêves…vers un autre aujourd’hui.

C075ACAE-0462-4D71-B831-C2CE80EB6CBD

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s