Chacun sa vague : souvenez-vous de « the long and winding road » des Beatles ou de the « look of love »…d’ABC

Mardi soir, j’ai pris une décision sans importance de prime abord, en branchant le radio réveil sur France Musique, pour protéger mes oreilles du journal de France Q de Guillaume Erner ou de celui de Nicolas Demorand sur France Inter qui finissaient par me déprimer et se ressembler d’un jour à l’autre, 2ème confinement, et après… 7h30 était passé de quelques minutes quand, les Beatles, ou plutôt la voix de Paul Mc Cartney et sa composition magique « the long and winding road » de l’album « let it be » m’ont tirée doucement de ma torpeur. J’ai senti toute mon enfance se jeter sur ma couette, que j’ai tirée pour me couvrir le menton jusqu’au front, histoire de ne pas en sortir trop vite. C’était immense, presque comparable à la poésie de la vague d’Hokusai, je la regardais en fermant les yeux et en ouvrant grand mes oreilles et puis, je retardais le moment de poser le pied sur le parquet. Je me suis rendormie un petit moment et à 8h, le générique de la station m’a re-réveillée et je me suis dit « oh » il faut se jeter sous la douche, tant pis pour cette fois (hum, ce n’est pas la première…), je ne me laverai pas …enfin, je me contenterai de l’essentiel. Ce sera « ma version » de la toilette « sèche », ah ah. Tiens à ce propos le Président M. ne nous a pas encore donné de consignes à ce sujet, peut-être que la crasse protège ! En tous cas, c’est pas plus mal pour la planète, je consomme moins d’eau !!! Donc, sous la couette où je mijote et échange des instants de vapeur avec mes draps et mon matelas, l’âge aidant, je me revoyais dans la maison de Villetrun, écoutant la discothèque 70’s de mon frère cadet, Pink Floyd, Genesis, Yes, les Beatles, CSN&Y, Supertramp, les Moody Blues… Quant à ce matin, j’ai découvert Yaron Herman un pianiste de jazz qui reprenait en trio Radioheads le titre « no surprises » et cela en fut une, tellement c’était simple, car c’est dur d’arriver à cette épure. Pour continuer avec la nostalgie que véhicule très bien la musique, ce midi, j’ai regardé les jaquettes de mes cd « live » de David Bowie et franchement, ce mec de Brixton, banlieue sud de Londres où nous sommes allés il y a 2 ans avec Mr T, était un sacré musicien. J’ai une préférence pour l’époque Hunky Dory ou son album Station to Station et sa période berlinoise lorsqu’il vivait sous l’emprise de la poudre blanche et composait sous l’influence de Brian Eno. Et pour finir, ce soir, par hasard, en surfant sur la toile, je cherchais si « Kings Of Convenience », les Simon & Garfunkel norvégiens, duo folk qui a émergé en 2000, n’avaient pas prévu de sortir d’album quand j’ai retrouvé un article extrait d’un magazine de pop musique que j’ai acheté à l’époque, en sortant du boulot au CNIT, et dont je me rappelle comme si c’était hier. Je relis l’article et découvre surtout un site web génial qui propose une mine d’informations sur les musiques des 80’s et 90’s. https://section-26.fr On y trouve des listes de musiques à écouter dont « the look of love » d’ABC et la vague est revenue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s