Depuis mon lit où je lis

Depuis mon lit où je lis
J’aperçois le ciel gris
Sur mes draps des mots des phrases

La paix sombre, la page blanche
Se noircit et suit ma hanche
Une musique, un air de tête

Drôle de printemps sans fête
Le mur intérieur me murmure
Sors et n’oublie pas ton armure


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s