Détour par Beaubourg : « Berlin Années 20 » l’éternel retour

Samedi, hier, c’était l’un des derniers jours de l’Expo temporaire « Berlin, Années 20 » au Centre Pompidou, une immersion dans l’Europe d’il y a un siècle. L’industrialisation battait son plein, les habitats se modernisaient et se standardisaient, les capitaux américains se multipliaient et divisaient, le temps urbain se conjugait dans l’insouciance des cabarets après la grande guerre, les photomatons imprimaient les portraits peu souriants de femmes inconnues tandis qu’August Sander créait le style réaliste qui allait inspirer des générations de photographes. Otto Dix, George Grosz, Walter Graupius, Bertolt Brecht, les plus grands noms de cette période folle allemande étaient là. En pleine après-midi, le 3 septembre 2022, j’étais aspirée par ces témoignages d’un monde en pleine mutation, qui me parlait du nôtre, à travers la déshumanisation du travail mais aussi la libération de la femme, l’apparente légèreté des lieux interlopes et cet élan de vie suspendu entre deux guerres quand des inconnus prenaient la pose (cf dernière photo).

La 1ère promotion de femmes à Berlin ayant obtenu leur baccalauréat (1928)
Les routes du travail (une vision de sa déshumanisation par Oskar Nerlinger)
Portrait de la journaliste Sylvia Von Harden par Otto Dix puis August Sander

3 paysans sous l’oeil d’August Sander avant la 1ère guerre mondiale, l’un d’entre eux n’en reviendra pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s