Roger Bissière le songe de la terre

Dans la galerie Ceysson & Bénétière, rue du Renard à Paris, des oeuvres de Roger Bissière, principalement des peintures des années 40, 50, étaient exposées jusqu’à hier. Il a été formé aux Beaux-Arts de Bordeaux et de Paris, côtoyé les cubistes et choisi de partir dans le Lot pour y vivre comme paysan où il a pratiqué la culture de la lavande et l’élevage de moutons. Son œuvre figurative à ses débuts, se source dans les arts primitifs au milieu de sa vie.

2 citations accompagnent l’exposition et semblent bien traduire ce peintre peu ordinaire qui me parle : « ma jeunesse a commencé à 60 ans » et « je recrée ou plus exactement hélas, j’essaye de recréer un monde à moi, fait de mes émotions, où demeurent l’odeur des forêts qui m’entourent, la couleur du ciel, la lumière du soleil, et aussi l’amour que j’ai de tout ce qui vit. »

Il peignait sur bois et sur toile des paysages, et ses sensations entre abstraction et signes kabbalistiques. Ses sculptures aussi fascinent, enduites d’une peinture à l’oeuf.

Publicité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s