Le orange me mange

J’aime le orange, la couleur orange, qui symbolise et concentre la vie sous ma peau, pleine de jus et de pulpe, de bosses et de creux. Sans se presser, le orange assure la transition entre mes jours et mes nuits. Il pousse la nuit ailleurs, éveille ma rétine, cuit ma peau, et titille mon coeur…

Le train train ou l’entrain 

Au train train, que je laisse en gare, je préfère l’entrain qui me tire du train train. Le mouvement véhiculé par l’entrain me pousse sur des rails inexplorées voire à construire de nouvelles voies. Parfois, je connais les règles et le mode d’emploi, je les comprends et je les respecte, c’est grâce à cette dépendance…

La reine des pommes 

Ce midi, j’ai déjeuné en tête à tête avec la reine des pommes. Elle était un peu cuite et habitée, aisément reconnaissable à sa peau plissée par le soleil. Nous nous sommes observées, étudiées, mangées, des yeux jusqu’au trognon, c’était savoureux, j’en ai encore plein la bouche ! Son jus n’a pas son pareil, je…

Donne-moi du blé et j’enlève le haut !

Dans un champ, une parcelle de blés, en Villetrunois, je nage, vêtue d’un bermuda orange, le nez au vent, la tête en bas. Vers l’ouest, ma brasse me conduit, sans palme, ni tuba. J’ai enlevé le haut, pour sentir la caresse des épis d’âge tendre, épouser ma peau. À cette saison, l’air frais agite les…

Une baignoire face à l’océan 

Telle la carpe Koï, je suis quoi, devant l’océan, ou plutôt devrais-je écrire, « je suis qui » pour oser le regarder et l’interroger tout en me questionnant ! J’ai trouvé la solution, Eurêka ! J’interpelle Archimède, n’ayons pas peur. J’ose encore, je pose et dépose une baignoire sabot, équipée de pieds, mais privée de griffes, sur…

Quand le curry sublime le riz et fait oublier l’incurie

C’est le printemps, et en même temps, c’est déjà l’été. Les arbres fleurissent dans les jardins, ici aussi, à Paris, et la nature tient bon, malgré l’atmosphère d’incurie. Les pétales blancs et le coeur rose des cerisiers du Parc Monceau nous font nous sentir heureux, ils nous re-génèrent, jusqu’à distiller dans notre cerveau un dernier espoir,…

Sorti de son contenant, le whisky vieilli en fût de sherry rend content !

Clôturer en beauté la semaine de travail par une dégustation de whiskies entre amis et copains d’amis, ça rend ouistiti ou plutôt ça estourbit avec ou sans tourbe ! Cela faisait une éternité que je n’avais pas retrouvé ou éprouvé cette joie de la redécouverte des sens, autour d’une dégustation de whiskies, plurielle et au…

Un jus qui m’a eue !

À l’avant-comptoir, côté mer et poissons, rue de l’Odeon, domaine d’Yves Camdeborde, je me régale. Ce midi, une huître à l’oseille et ponzu puis chipirons et épeautre à l’encre et « en dessert » tartare de thon framboise sarrazin coriandre. Beurre de chez Bordier, pain de Poujauran et vins blancs de Dufaitre, un chardonnay Beaujolais puis Tessier…

Ralentir le mouvement de l’écriture

Tout est là, sur cette photo. Le verre, un format droit, de petite taille, provient de « la boutique », un antiquaire vendômois, qui n’est plus, autrefois situé rue Poterie, à côté du magasin de Madame Bassinet qui portait bien son nom…Le papier peint imite les traits courbes d’une fresque d’une vieille chapelle romane, des mouvements de peinture…

Rêves et riz solitaire

Le mauvais riz de mon adolescence, chez les « bonnes » sœurs, pendant la période du carême, ne provenait pas du plateau du Yunnan, et encore moins du monde des rêves, mais s’apparentait, sans que je ne le sache à l’époque, à une étape initiatique, préalable à ma future appétence pour les aventures gustatives, sublimées par le…

À la Fabbrica : soirée entre les 4 « A »

Des nanas à la Fabbrica ca va swinguer de la lingua ! À défaut de linguine… Les 3 « A » sont en retard mais que Fabbrica et que cosa dice ? Depuis La Défense elles roulent et se racontent 1000 histoires d’A… J’ai hâte de fabriquer d’autres fabriques d’histoires avec mes « A » préférées. En attendant je…

Du thé vert en hiver (Guy Béart s’est trompé !)

Ce n’est pas encore l’hiver. Le matin, pourtant, on ressemble à une marmotte surtout le samedi matin. Pour se lisser les poils dans le bon sens, un ptit coup de thé vert, ça fouette l’arrière du crâne et le derrière. Serait-ce le thé de l’Avant ? Dire que Guy Béart a chanté, il n’y aura…

« Château Yvonne » un chenin qui vous veut du bien

Vu le mouvement frénétique en Villetrunois, je gamberge. Seule solution, une bonne douche froide. En attendant, réflexion du moment Mais de maman « tu vas te faire péter le cerveau » ! Forcément ça calme, la douche froide est à prendre à la lettre et au figuré ! Je ferme boutique (ponctuellement) car Antigone Gone prépare le…

L’art de la dégustation

Un témoignage adressé à ceux que l’on aime Le goût, mon goût n’est pas sûr, mais je suis sûre qu’il est à son meilleur, en bonne compagnie. Qu’il s’agisse de goûter un Saint Aubin 1er cru de chez Dominique Derain ou un Châblis Grand Cru Les Clos de chez Vincent Dauvissat en compagnie d’amis, ou de…

« 12°5 » : un nouveau jajazine en primeur

L’appel du chenin…(suite) Si vous aimez les recettes de cuisine et vous vous intéressez à ceux qui les conçoivent et les réalisent avec passion, pour vous, dans leurs restaurants, ainsi qu’à leurs fournisseurs, adeptes de la permaculture ou de l’élevage de chèvres du Rove, je vous invite à découvrir chez votre libraire préféré ou ailleurs, le magazine 180°C…

Preuve à l’appui (cf. figues au figuré)

Merci au chef P de m’avoir envoyé cette photo qui est la preuve qu’il sait cuisiner et partager sa passion ! ça le fait, j’en croquerai bien une part de cette tarte aux figues (au propre)…Cuisine et photographie les deux mamelles (au figuré) de P, entre autres !  

« Les climats » : sens dessus dessous

Un endroit rare dans Paris, rue de Lille Si vous n’y êtes pas allés, alors faites y un tour, ne serait-ce qu’au bar, pour déguster un Bourgogne ou deux accompagnés de canapés…C’est un restaurant qui fait honneur à la grande cuisine et aux vins de Bourgogne. Pas ou peu de champagne, mais du crémant de…

L’essence du quinte : Magic Philippe

New Order : Le 21 ème siècle sera spiritueux ou ne sera pas Philippe et Franck nous ont concocté, pour la 2ème année consécutive, le salon des spiritueux français « France Quintessence » à Paris, au pavillon Ledoyen. C’était dimanche pour les particuliers et hier pour les pros. Il faisait lourd, pas vraiment la bonne météo pour déguster. Pas…

Bunny (oh give me your peaty)!

De l’eau pour vivre malté Nicky, Anglais d’origine polonaise, m’a initiée à l’uisge beatha, il y a plus de 20 ans. Et puis, la rue d’Anjou est devenue mon chemin de traverse, celui qui m’aide à rester verticale. Après les soirées de dégustation de LDMW, dans les grandes années du club, le tangage du métro pouvait m’inviter à…

Et si l’amitié était au bout du chenin

Des anges et du vin Où l’art et la douceur de vivre ont-ils élu domicile dans notre France hexagonale (*) ? En Anjou, dans le Maine-et-Loire, sur les côteaux de la Loire, du Louet, ou de la Maine. Sur cette terre, les vignes nous invitent à nous laisser conduire par le petit chenin qui sent…

Choisir c’est un exercice de « still »

Êtes-vous plutôt « coffey still » ou « pot still » ? C’est une histoire d’alambic, à colonne ou en forme d’oignon. Le « coffey still » (à colonne et en inox) est le modèle utilisé pour les whiskies de grain, le plus neutre au goût, on est sur de la distillation en mode continu alors que le « pot still » (en…