Antigonegone aphone

Antigonegone a perdu son téléphone, elle est devenue aphone. Antigonegone est franche du collier, quand elle se présente, elle insiste sur sa qualité de francophone. Antigonegone s’étire les neurones, elle a les nerfs, elle est « on ». Antigonegone compte et assemble des chiffres toutes la journée, elle préférerait écrire des poèmes ou des histoires, c’est pourquoi…

Là où y a de la gène, y a pas forcément de l’ADN… 

Être gauche et voter à droite. Être adroit et voter à gauche. Être heureux sans le savoir. Savoir qu’on n’est pas heureux. Là où y a de la gène, y a pas forcément de l’ADN. Là où y a de l’ADN, y a pas forcément de la gène. Être sens dessus dessous Être avec ses…

Poésie hivernale

Je suis un buvard Qui boit, Jusqu’à l’ivresse, Sans être avare. Je te bois, Le teint rosé, Collée à un miroir, Ton baiser s’est éteint, déposé. Sans ailes, nue, le cœur à l’envers, Antigonegone n’a pas peur de l’hiver, Elle s’envole et défie les frimas Intérieurs, la frime sous le bras.      

Être sage pendant l’orage 

Il est l’heure de dormir, et, dessiner m’éloigne de l’alignement des astres. Pas de vaisseau spatial, et encore moins d’orage, tout est silencieux ici bas. Je pars dans le sommeil, au pays du sage, loin de l’être tout à fait. J’esquisse quelques traits, et, en dessinant je me surprends à rêver que je le deviens….

Baignade au clair de la lune

Il fait nuit, je suis nue, rafraîchie par le vent orageux, Derrière la fenêtre, je plonge un regard brun, Une sirène me parle du mystère abyssal, Sa nageoire ventrale remue l’onde de ma tranquillité. Elle s’éloigne de ma vue retenue par la brune, Le silence prolonge sa venue, Je me baigne dans l’ignorance de cette…

Un soleil bleu chantilly

Mon oeil court sur une plage abritée par une allée de pins marins. L’horizon est courbe, je franchis une porte imaginaire, un seuil. Un besoin irrépressible de toucher le bleu du ciel me conduit à plonger pour mieux embrasser son reflet dans une mer d’huile. Le trait crémeux de chantilly, issu d’une poussée de fièvre du soleil qui poudroie, arrivera-t-il à…

Parce que c’est le printemps

Parce que c’est le printemps, je danse avec mes talons aiguilles, en chantant sous la pluie, sur le gazon du parc voisin. Parce que c’est le printemps, je me suis maquillée, pour incarner un clown ou devenir une femme, voire les deux en même temps. Parce que c’est le printemps, j’écoute les cordes pincées d’un clavecin…

Entre deux

Entre deux mers, je goûterai bien un verre de Bordeaux blanc, devant la dune du Pilat. Entre deux doutes, je convoquerai l’insolence de mes certitudes qui se moquera de tout avec inconsistance. Entre deux moments de respiration, j’opterai pour l’apnée sans sommeil, celle de l’éveil. Entre deux rêves, je vivrai une vie de rêve. Entre…

Ode à la nature « capitale »

Le vert remplume Le gris renverse Je bois l’orange J’avale une plume. Adieu béton, adieu goudron Un pari m’effleure. Cultivons notre jardin Un Paris fleuri Ode à la nature « capitale » Même si, Candide, nous ne le sommes point.    

Avide et Siphonnée du Débordement

Je tenais à vous présenter Siphonnée du Débordement, une amie bien née, à la personnalité extravagante. Elle ressemblait au croquis de ce récit, un auto-portrait en tous points révélateurs de son humour en mouvement (cf. l’image d’en-tête). Ainsi, à certaines occasions, elle posait un X collé sur ses lèvres car elle savait ô combien la parole était précieuse….

Nuit sous les plis ou pluie sur le nid

Le silence ronronne, la nuit agite ses moteurs, ça circule sur le périph. Le ciel n’a d’yeux que pour la lune, il paraît que Bowie y habiterait et aurait rejoint Major Tom. Dans la nuit sous les plis…des idées saugrenues pleuvent sur le nid.

Clown sans nez rouge

Petit clown en herbe, Une orange à la place du nez, Je fais des galipettes, En allant voir et écouter des artistes. Ma tête tourne toute seule, En orbite entre ici et l’ailleurs. En ce 13 novembre, je me rue, je cours du côté de l’Art, l’Art qui court les rues, l’Art tout court, l’Art…

Des mots plein la bouche : pirouette ô cacahuète 

Le silence est d’or, le mot de plomb. Ou est-ce l’inverse ? Je rêve de dessins, les mains sur l’écran ou dans les poches. C’est le moment de s’y coller, de décoller. Les mots se dessinent, les dessins se forment, tout se confond et s’aligne. Une flamme s’enroule et déboule, du côté de Tréboule. Pas…

Oh My dear : de quel bois te chauffes-tu ?

Cher cerf, oh My dear, Le deer relève de la famille des cervidés et celle ou celui qui vous est chère ou cher, your dear(est) vous rend parfois écervelé(e). Dans les bois, l’heure est au brame, les cerfs combattent pour leur belle, et cela peut virer au drame. Celui qui aura les plus beaux bois…

Sommeil de la ligne claire

Les mots sont en vacances, le crayon est de sortie. Le marchand de sable a retrouvé sa mine du soir, son papier quadrillé et sa gomme. La tête posée sur le moelleux d’un oreiller, ses rêves suivent la ligne claire du sommeil. Plus un mot, une étoile de mer s’est endormie sur sa bouche …il navigue au fond de la…

En nuit avec Antony

Le temps d’une nuit, j’ai éteint tous les bruits de Paris. J’ai soufflé sur les réverbères, et sous la protection de drôles de chouettes, j’ai marché, bras dessus bras dessous, avec mes ami(e)s du monde d’ici, d’en bas et de là-haut. Le temps était suspendu, nous étions muets parce que les mots s’étaient tus aussi….

Dans nos yeux

Y a d’autres yeux   Si les yeux sont le miroir de l’âme, et que l’âme n’existe pas, alors que reflètent nos yeux ? Le ciel, l’océan, Des mots, le silence, Un songe, l’éveil, Une vie, des regards Croisés, aimés, D’autres yeux pour mieux voir.    

Pas nette nette nette !

Ménage riz et sushis L’âne est content d’être un baudet. L’aneth est folle et pleine de jus. L’hanneton joue à qui s’y frotte. L’ananas de pique l’orange. L’ânerie rigole des genoux. Ce menu bento ça n’existe ? Euh, non, à moins d’être gone gone gone…

La chouette est « Chris »

Filiation cinématographique Animal au petit bec, tout de plume, Tu ouvres l’oeil, à 270° s, à la brune. En quête de mammifères imprudents, Tu cours les souris et les musareignes, Et tout cru, les avales, privée de dents. Sur l’écran de Chris Marker, en filigrane, Ou dans la mythologie, tu vois sans être vue. Sans crête, ni aigrette, l’Homme…

Poésies

Un chat sort du trou en mangeant son aiguille. Gloups, il essaie d’en découdre.