« A bout de souffle » is back

Si maman me voyait, elle me dirait « tiens, voilà mon troisième garçon » ! Mon côté raisonnable, en apparence, a besoin de flirter, de temps en temps, avec le pétage de plomb et que l’explosion soit visible, autant laisser des traces, histoire de faire son intéressante, et de se faire remarquer… Ce soir, il faisait chaud,…

De l’Aneth à l’âne pas net

Le dimanche, l’âne que je suis peine à sortir de son pré. Il se sent loin de l’envie d’évasion, préférant son nid vert, son pré carré plutôt rectangle, à la prairie lisse et feutrée du parc Monceau. Pas tout à fait nette, l’Aneth broute sur les tapis de son parquet. Elle croque des insectes et…

Les rimes s’arriment à la frime

A Kyoto, je tartine ma peau d’huile de riz, assise en tailleur sur un tatami. La chouette hulule, je bois un pinot gris et me sens flotter comme un rhizotome dans son officine, empreinte d’auto-dérision et de nostalgie. Jour et nuit, inlassablement, je recherche le biotope de l’essentiel, l’origine du lien avec la chlorophylle. Aneth…

J’ai pris un bain de forêt avec le noyer de notre maison

Dans le jardin villetrunois de mes parents, un noyer s’est posé et s’impose, avec majesté, depuis 1910. Il se tient sur ses racines invisibles et profondes, et son tronc le conduit haut dans le ciel, tiré par sept branches. Papa l’a équipé de deux protections de couleur verte là où deux branches ont cédé. Grâce…

Devenir ce que l’on est

Parce ce qu’il n’y a pas de soi sans le monde et qu’un monde sans le soi est possible, je me sens devenir ce que je suis dans le monde qui est. Il pleut, il fait gris et je rayonne au dedans. Parfois, c’est le contraire. Naturellement, je pratique l’intelligence inversée, je regarde et me…

Schtroumpfette à la houpette en goguette

Partout où il fait jour, la nuit s’ennuie, et entre les deux, je suis étendue sur mon lit. Blottie au milieu, je ne lis pas, j’écris, je récidive. Mon côté mousse en mouvement se met en suspens et à penser à ce que je ferais si j’étais une schtroumpfette à la houpette en goguette, naviguant…

Temps polaire, la couette est salutaire !

Le froid polaire devrait être le prétexte à une hibernation sous couette sauf que la couette ne fait pas bon ménage avec le boulot. J’imagine la cohabitation, le matin, dans la ligne 13, chacun emmitouflé dans ses plumes et sa housse, l’oreiller scotché sous sa nuque, revêtu de son pyjama. Nous pourrions dormir debout, et…

Conseils zavisés des zamis

Tout petit, le bipède, à peine né, s’invente des zamis; son ours en peluche, le lapin, le poisson rouge et ses jouets tiennent cette place dans son coeur… Puis, le bipède grandit, il ira à la rencontre des filles et des garçons dans la cours et sur le banc de l’école, des filles et des…

L’air à la fois fou et sage

Dans le métro, là maintenant, je me questionne, parce que c’est comme ça. Et je me dis, la sagesse c’est une forme de folie douce. Posée sur un strapontin, je ne me résigne pas, je me pose entre deux mouvements. Comment vivre sans gommage, non pas du visage comme sur ma photo, mais de certains…

Antigone gone tranquille

Ce matin, j’ai sauté dans mon slip, la tête dans le cul, c’était joli, loin de là performance du contorsioniste. Un brin d’eau sur ma peau, un soutif pour les pommes de mon jardin et le mouvement de ma brosse japonaise en bois de rose sur mes petits cheveux raides. Toute ensommeillée, j’abordais mon dimanche…

Ma chouette a craqué, elle avait les crocs

Pourtant, je me suis levée tôt pour un samedi. Serait-ce l’effet conjugué d’un sommeil réparateur et de la Brooklyn lager de la veille ? Ma chouette, attentive aux vibrations de mon réveil, a choisi de se planquer et de se grimer d’une forme de transparence car elle n’était pas fière, m’a-t-elle précisé plus tard. Elle…

Tortueuse, la tortue nage entre les nuages

Bipède du 21ème siècle, de sexe féminin, quasi quinqua, urbaine et barde de si de la, révoltée du dedans, j’écoute et perçois le ronronnement du monde, son cri permanent et sourd, qu’il fasse nuit, qu’il fasse jour. Pour m’aider à respirer, j’ôte mon tuba, j’avance en me rapprochant toujours plus près, de ceux que j’aime…

Embrasse la vie à pleine bouche ! 

Aujourd’hui, samedi de janvier, les jours s’étirent, les muscles se détendent et le cœur se régénère en attendant le printemps. À peine éveillée, je me mouche, puis dans l’escalier, qui me rapproche de la terre ferme, je fais mouche, les deux pieds joints, je passe la première et sur la piste de décollage de mon…

Angel point, mon combat avec l’Ange

Pour avancer, physiquement ou intellectuellement, et vivre en harmonie au plus près de mes congénères, il m’importe de voir, écouter, lire, et de ressentir à fond les ballons le mystère de l’inconnu de l’existence en espérant rencontrer l’amour sur mon chemin. La question qui me porte chaque nano seconde, c’est « pourquoi », autrement dit être en…

Nue dans la neige 

Ce que l’enfance m’a donné, c’est l’amour, la poésie, et l’amour de la poésie. Depuis, je creuse dans la neige, sous le sable ou le bitume, et parfois j’aperçois des morceaux d’amour, des bribes de poésie et je sens mes ailes d’enfant repousser le réel et franchir les barrières du ciel. D’un coup d’aile, je…

Asie mutée, je ris au-dedans

« Asie, Asie, Asie, vieux pays merveilleux des contes de nourrice…  » ainsi commence le poème de Tristan Klingsor qui a été écrit en 1903 et mis en musique par Ravel, ouvrant sa trilogie Shéhérazade. Souvent, je fredonne cette mélodie française, et j’entends alors une autre voix que la mienne, celle de Régine Crespin sous la…

Sur ma bouche : la beauté du grain 

Sur ma bouche, ou plutôt juste au-dessus, un petit grain de beauté s’est dessiné, jusqu’à prendre pied puis racine. Peut-être est-ce le doigt d’un ange, qui passait par là, qui l’a semé, puis a transformé la surface de ma peau en un terreau fertile. Les grains de beauté se sont donnés le mot, ils se…

J’avais 7 ans

D’aucuns disent qu’on ne change pas, fondamentalement. D’autres, parfois les mêmes, pensent qu’il faut un certain temps pour apprendre à comprendre le monde et à travers les autres, se découvrir et apprendre à se connaître, pour mieux devenir soi. Aujourd’hui, je me dis que j’aime toujours les pois (cf photo d’école), que je continue d’apprendre…

En passant, ma chouette n’aime pas trop Cendrillon

En passant je regarde autour, avec une approche globale du mouvement, mon déhanché ne dénote pas sur le portrait du monde. Etrange spirale, soudain le tout synchrone et homogène s’efface pour laisser place à la singularité d’une rencontre, qui me saisit en retour, une forme de sortie de route, ou quand un électron tire un…

Ma chouette : une drôle de fée clochette

Dans la mythologie grecque, Athena, symbolisée par une chouette, porte un casque guerrier, prête au rapport belliqueux pour protéger la ville d’Athènes. Depuis dimanche dernier, ma chouette protectrice, en carton bouilli, n’a pas changé de peau mais de chapeau, elle revêt désormais une petite cloche pour sonner le tocsin lorsque c’est l’heure. « Oui, mais de…

Quand ma chouette me joue des tours

Ce matin, ma chouette voulait voir les choses de plus près, elle ne supportait plus de voler dans le flou. Pourtant, je lui ai dit que sa vision de myope présentait des avantages mais elle s’en fout, ma chouette, elle pense savoir que c’est mieux ainsi. J’ai sorti ma trousse de chirurgien et je lui…

Bas la patte, « touche pas à ma moustache » !

L’épopée pop de ma vie vient de mon panache et de mon héritage capillaire. Il semblerait que ma coupe de cheveux de playmobil m’aide à voir les choses du côté rose de la face pour ne pas dire de la fxsse ! A la recherche du look le plus ringard, je convoque la princesse Leila,…

J’ai rêvé de la lune

Je ne confonds pas, je suis à fond dans la recherche de sens et de clarté. Et pourtant, cette nuit j’ai rêvé de la lune et j’avais les pieds sur terre ou plutôt j’étais allongée sur un lit. Le rêve fait vivre mais vivre n’est pas un rêve, c’est une réalité où le rêve est…

Herbe ravélienne 

Je bois de l’orge grillée, un breuvage tout droit sorti du pays au soleil levant. Je m’hydrate, je me rafraîchis, allongée sur le parquet, telle une herbe presque sage, au milieu d’un courant d’air. Il fait plus de 30 degrés celsius dans le nid, je cuis, et je m’évapore. Tiens je fume du bulbe… J’agite…

Et si on ne passait pas sa vie à passer à côté de la vie ?

Ce soir, j’écoute mes idées bouger, s’éveiller, me bousculer, elles iraient bien de l’autre côté du mur crânien, faire des choses, transformer en réalité leur vision du monde, mais en même temps, elles sont très bien au chaud, à oser des circonvolutions sans queue ni tête, à faire des loopings qui ne servent à rien…

Un drôle de cycliste

Le tour de force de ce cycliste, pas comme les autres, c’est de cloper tranquillement, en mode arrêt, à contre-sens, rue de Turenne, à l’entrée de la place des Vosges, un dimanche après-midi. Il se laisse regarder, photographier, il sait ce qu’il fait. Même sans toucher à son gouvernail, il tient son cap, et rit…

De la légèreté de l’oeuvre sculptée

Parfois, on veut du lourd, du consistant, du roboratif, et puis, à d’autres moments, on sent l’envie du léger nous gagner, celui du vide qui remplit, de l’éphémère qui s’insinue sans peser. En avançant la tête, je scrute, et je déroule les fils de mon cerveau. Je tisse un projet sans dé ni hasard, une histoire…

Incognito hi hi ou oh oh

Parce que la nuit tous les chats sont gris, je deviens souris, et je miaule, en silence, en remuant mes moustaches. Croisant le regard d’une inconnue en kimono, je lisse mes poils, et les enroule autour de ses bigoudis, avant de fermer les yeux, les joues fardées par l’agitation de mon sang vendômois. Je l’entends fouler…

Antigonegone aux pieds plats…pas raplapla

Sur un chemin vicinal de la capitale, en ce 1er mai 2017, une semaine avant l’échéance clé du 2ème tour de la présidentielle, j’avance au coeur de l’indéfinissable, un territoire en re-conquête, un pays du doute, en pleine mutation, que d’aucuns, dont je fais partie, appellent la République Française, et sont fiers de son Histoire, et…

Au pays du son, l’Ane est, donc, j’écris

C’est le printemps, l’heure est au changement, je déménage. Un sac plein de cet air de ne pas y toucher, une puce dans le dos, et un appareil photo dans les poches de mes yeux, je quitte la maison. Le vent balaiera les traces de ma vie fugace, en laissant un livre blanc. Par la cheminée, je…

Comment je suis devenue mannequin ?

Pour épater mes ami(e)s, j’ai raconté que j’avais épousé un mannequin. Ils se sont extasiés, waouh, un mannequin, il doit être beau…Oui, ai-je répondu et pas seulement ! Très étonnés par cette annonce, je les ai sentis curieux de pouvoir le rencontrer. Je leur ai dit, rdv place de Furstenberg et vous saurez de quoi…

Mon âne atomic

Mon âne n’a pas froid aux yeux, ni nulle part ailleurs car il est poilu, ce qui lui procure un avantage en ces temps glaciaires. Il a fier allure, dans la rue ou dans le nid. Pour tracer son chemin, il met son nez dans le creux du vent, il  remue son popotin tout en faisant tourner sa queue et…

Une besace et une chouette 

Ouvre ton sac Anti-Antigone, contrôle des pirates de la Vigie ! Rien de spécial, la routine. Outre le fait que je ne vous dois pas que la lumière, chers Mesdames et Messieurs, de la police ou de l’Armée, vous trouverez dans ma besace des objets « éclectiques » peut-être radioactifs, autour, voire au-dedans.  Une carte navigo pour…

Fumeuse et amoureuse des fleurs

Dans ma tête, j’avoue que c’est parfois, enfin, plutôt quasiment toujours, embrumé. Je m’auto-pollue, en produisant du smog toute seule mais j’irradie aussi, car combustible je suis et mon noyau de géranium 3O8 n’est pas prêt de s’éteindre. Avec un peu de carbone 14, on pourrait tracer mes origines … Sauf que ce n’est pas utile…

L’urbaine tortue hiberne 

La pluie glacée s’est infiltrée dans Paris, les toits de zinc dégoulinent un jus gris souris. Le glacier de la rue a fermé boutique, le rideau de fer devant sa vitrine rose nous parle de l’hiver et diffuse des arômes de réglisse. Les arbres fruitiers bossent sur la conception d’une forme de bourgeons, résistants aux…

Sage sans vice ni visage : l’Anti-Antigone 

Pour vivre tranquille, j’avance masquée, en apparence sage, sans vice. Je joue à cache cache avec les normes sociales, les représentations, les catégories qui classent et qui regroupent, qui opposent et qui annihilent. Je suis « une bourgeoise », un cadre qui cadre avec le moule, tatouée d’un matricule, le kif pour tout individu normalement constitué. Pour…

Mes yeux louches 

Une femme avertie en vaut deux.  Une amie, dotée d’une hauteur de vue, puisqu’elle crèche au Sacré Cœur, a pensé à ma vue basse, en chinant des yeux bleu ayant appartenu à une poupée, et me les a offerts, car elle savait que j’en ferai bon usage …Certes, c’est un cadeau incongru, qui m’a bien…

Il était une fois une fée crabossée 

Sur terre mais pas que, il arrive qu’on rencontre des fées. Parmi elles, je ne parlerai que de la fée qui me fait un drôle d’effet car elle semble être le fruit du croisement entre la fée carabosse et d’un crabe cabossé. Elle sourit aussi loin et long que tous les océans confondus. Elle ne…

« Ojama shimasu » * Marie-Claire

Marie-Claire est libraire 2 rue Marie de Luxembourg à Vendôme. Elle est passeur d’histoires entre les auteurs, les conteurs, les poètes, et les lecteurs. Que serait notre monde sans libraire ?  Un monde possible si on n’y prend pas garde. Être libraire, de surcroît en Vendômois, est un acte de foi et de folie. Quand…

Antigone Gone (with the wind)

« Tandis que j’antigonise », à la fois Gone et Antigone, pour et contre « y aller », je revendique ma filiation avec Janus. Je, et une Autre, étrangère et moi-même, je libère mon regard derrière la ligne d’horizon et protège mon oeil sous ma paupière close. Je me rapproche de ce qui s’éloigne. De la photosynthèse d’une orange,…

Manteau gris orange : enfilons un tutu et tutoyons les anges

Ce soir je deviens souris. Je suis en vrac à Paname, tellement l’Art me submerge. Help il me faut un jus orange pour irriguer mon cerveau. J’enfilerai bien un tutu pour tutoyer les anges. Je chanterai bien la pluie. Je ferai bien comme Mary Poppins. Je ne suis pas née 42th street et pourtant pour…

Rêves d’Asie et de fantaisie

Voyages du côté du soleil levant Ma famille de sang est sédentaire, reliée, attachée à la terre, des hectares arables sis au centre de la France, le centre du monde lorsque j’étais enfant. C’est une famille de paysans, des artisans amoureux de l’argile et de ses pierres de silex. La terre pour nous, c’est sacré, un socle,…

Antigone n’est pas de sortie (68)

Ce soir je me pose…j’en vois qui sourient, moi aussi !   Ce soir je me pose, et me dépose, bercée par l’air du temps qui s’est infiltré par le toit. J’écoute, je regarde, je sens que le nid se remplit d’un vide qui ne l’est pas, je mesure le côté plein du « gone » d’Antigone. Ce n’est…

Âne : un autoportrait « vérité »

Âne est plus ou moins poilue, elle perd ses poils et est au poil en « bonne » compagnie. Âne a une bonne vue, c’est pourquoi elle conduit et pratique l’auto-dérision. Âne préfère l’herbe au bitume, ou l’inverse. L’hiver, elle boit des tisanes pour éloigner le rhume. L’été, elle évite le soleil car sa peau craint la surexposition. Âne aime la…

Grains et graines sous le soleil d’automne

Le petit animal, que je suis, trimballe un grain de sable dans son œil. Ce morceau brut et cristallin s’est extrait d’une plage de Bretagne. Il a fait le chemin jusque dans mon globe gauche. Ce grain breton donne à mes larmes un goût iodé et salé. Il distille aussi un goût de miel et…

Pirate de l’immatériel

Voyages en roues libres Sous ma cap de pirate, je fuis, je suis, sur mon vélo. Entre les gouttes, je me faufile, et je songe à mon vol en train de se faire, qui n’a pas de consistance, et qui ne vaut pas trois cacahuètes. L’objet du délit, saisir le temps, sans lui demander la note, car…

Des ondes blondes à « Villetrun gum »

Du blé plein la tête Le blé est la céréale qui a balayé mes horizons, et coiffé mes yeux, depuis l’enfance. J’étais blonde comme eux, avec des poils raides sur la tête. A perte de vue, ils se tenaient droit, jusqu’à ce qu’une brise soulève leurs crêtes, et les conduise à se balancer à un rythme régulier. A ce…

Dessins et doigté

Crayon sans poil Dessiner, un peu, tous les jours, c’est aussi vital que marcher, aussi fort qu’ouvrir les yeux, et les oreilles à de nouvelles perceptions. C’est une série d’allers et retours entre le dedans et le dehors, ça aère des trucs, des choses, des machins, c’est une célébration du bourgeonnement qui aboutit à des champs fleuris ou…

Au commencement

Une herbe folle de photo synthèse Au printemps 2016, je me suis « chlorophyllisée », en sirotant de la photo synthèse, avec un objectif devant et un autre derrière l’oeil. Mauvais temps, floraison ruinée par trop de grêle et de gel, les bourgeons des vignes et des arbres fruitiers avaient brûlé à peine éclos. Pour rester verticale,…