Festival d’été inter-générationnel au temple de Kitamido à Osaka : danses, chants, bière, riz et rigolade avec ou sans yukata 

Hier, je suis arrivée en début d’après midi dans mon auberge de jeunesse, l’hotel 64, superbe et agréable, chambres traditionnelles et lieu à vivre très contemporain en béton ciré avec des sièges de type industriel. Sa situation, nord ouest, dans le quartier de Nishi Ward, n’est pas idéale pour visiter le quartier qui bouge le plus près du canal et du pont de Dontobori. Peu m’importe car ce fut tout aussi fou ce que j’allais vivre quelques heures plus tard sans le savoir encore. 

Tout d’abord, dès mon arrivée, les hôtes m’expliquent le coin, me filent leur carte du coin contextuelle avec les choses à faire ou les restaurants et autres lieux à fréquenter ou visiter. Puis ils me disent que c’est le D-Day pour le festival de l’été annuel à Osaka de leur quartier et qu’ils proposent une location de Yukata avec essayage dans l’hôtel. Je suis venue à 17h pour assister aux essayages mais il n’y avait que la patronne du magasin de location de yukatas et des apprenties. Elles voulaient que j’en essaie un mais je n’ai pas osé. 

En revanche, ladite chef, une vraie colonnel, m’a donné un cours d’origami, à ma demande car ajuster un kimono ou un yukata sur un être humain c’est tout à fait comparable. Il faut partir d’une page carrée ou d’un tissu plat et ensuite construire sa forme. Nous avons réalisé l’oiseau de la paix qui est présent à Hiroshima et qui fut l’un des points d’orgue de la visite d’Obama. Je lui ai demandé qu’elle me signe le sien. J’ai proposé une tournée générale à toutes et on a bien rigolé. 

Ensuite, je suis allée avec une employée de l’auberge, au temple, en vélo. C’était du grand délire, on allait sur les trottoirs, on évitait les piétons, les voitures, c’est l’anarchie à bicyclette, l’image inverse que je me faisais du Japon ! D’ailleurs tard le soir, les vélos ne sont pas éclairés et les cyclistes ne portent ni casque ni gilet fluorescent… Pas fière sur ce coup là ! 

Arrivée au temple, nous retrouvons une amie à ma comparse, Takako. Nous sommes entrées dans le temple, plein d’or, j’ai contribué aux offrandes, et ensuite nous sommes allées au festival. 

Nous avions très chaud, ils distribuaient des lingettes congelées, alors nous avons bu de l’asahi beer, dansé, chanté et rigolé. Et nous avons parlé du choc entre tradition et modernité, des couples mixtes avec Gaijin (étranger), de la pauvreté grandissante des personnes âgées, de la liberté des couples elles étaient là sans leur mari… 

Voici des photos et j’ai filmé, c’était kitsch à souhait mais tout le monde s’amusait et ça c’était génial. 

Et puis nous sommes rentrées et là, j’ai bu un verre de whisky Suntory noyé dans une espèce d’eau gazeuse et c’était très rafraîchissant. Une des apprenties m’a offert à un dorayaki, un dessert japonais composé de deux pancake avec au milieu une confiture de haricots rouges. C’était bon et on a bien ri. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s