Je roucoule cool cool

Sur le front, je ne me bats pas, mais une veine bat pour moi. J’ai le cœur en émoi, des sentiments rares me font briller les yeux et pétiller les joues. Mes joues roses s’harmonisent avec ma bouche rieuse et mes lèvres rouges et ourlées, gonflées de cette incroyable rencontre humaine. Mon sang afflue, je…

Vues et vies

J’aime les vues, j’aime regarder la vie, j’aime vivre. Quand je vois, je te vois en train de vivre et je vis doublement.

La bête et la belle

C’est étrange, je ne sais plus si j’habite ici ou ailleurs, si je suis citoyenne du monde ou des mondes, si le voyage est permanent ou intermittent, si je suis sereine ou folle, mais ce que je sais c’est que rien n’est plus vrai que le bêêê de la chèvre quand elle sort retrouver sa…

Un doigt sur tes lèvres

Un whisky ? oui, un doigt. Ton petit doigt sur la couture de mon pantalon. Je dois y aller. Quand je suis émue, je pose un doigt sur tes lèvres. Montre-moi tes doigts et je te dirai qui tu es. Tu me donnes tes doigts ?        

« Interpretation is the matter of life »

Ce matin, il a continué de pleuvoir et la température a bien baissé à Chicago. J’ai appris avant le concert au Chicago Cultural Center que Chicago signifiait « stinky city », ville qui pue, car avant la construction de la ville, lorsque ce n’était que des champs, la culture locale était l’oignon. J’ai également compris qu’un des…

Thanks Bernie

Demain, l’orage devrait se terminer en fin de matinée, et la fraîcheur du vent pousser nos pas plus loin vers le Lac. Peu avant midi, nous ferons une halte au CCC pour un dernier concert, le temps de s’émouvoir à l’écoute de plusieurs sonates pour piano et clarinette, dont celle de Francis Poulenc. Je sens…

Photos – highlights of Chicago

Le zoo situé dans Lincoln Park, au nord, à une vingtaine de blocs du centre ville, toujours dans la ville de Chicago, est gratuit et, franchement, c’est un enchantement. J’adore ce singe dans son hamac, j’y serais bien allée avec lui. Quant à l’échassier, j’ai au moins 8 photos de lui, il change de patte,…

A little frog in Chicago : combattre les idées reçues

Regard personnel sur l’Amérique. 1- la nourriture de type fast-food, « junk » (calorique) est disponible à tous les coins de rue mais il n’y a pas que ça et l’autre nourriture n’est pas plus chère. Il suffit de regarder et de se renseigner, d’aiguiser sa curiosité. C’est moins cher qu’en France. Les marchés de fruits et…

« Philosophy is the right carpet to the bed » !

Le temps continue d’être orageux, et « wet » à Chicago, il pleut un peu, de temps en temps, mais pas assez pour retrouver l’air frais et océanique des 5 premiers jours. Ce matin, j’ai fait des emplettes gentillettes sur Michigan Avenue. Les vendeurs sont très forts, ils savent trouver l’accroche, mon appareil photo, mes origines, ça…

Another wonderful day in Chicago

Nous avions rdv vers 11:45 AM au Chicago Cultural Center pour écouter une soprano, Jacqueline Piccolino et une pianiste, Teresa Tang, interpréter les 3 sonnets de Pétrarque de Liszt et les 4 chansons de Reynaldo Hahn ainsi qu’un air de Thaïs de Massenet. C’était divin sous la coupole de Tiffany’s. Puis nous avons parlé avec…

Chicago (au hasard – extraits)

Le « EL » le métro aérien qui fait une LOOP. Je le prends peu, une fois, le reste du temps je marche. « The Cloud Gate » surnommé « the Bean » œuvre d’Anish Kapoor située dans Millenium Park, l’attraction numéro 1. On en fait le tour, et puis le spectacle est encore plus dingue dessous, car l’image est anamorphosée…

West Town Bakery : mon rituel

Tous les matins, je vis un rituel tranquille. Éveils en cascades tout d’abord à 2h après un cycle de sommeil, puis je me rendors, jusqu’à 6h et j’écrase à nouveau jusque vers 8h. Je lis, je ferme les yeux, je lis éclairée par une grosse lampe bleue. Je me lave et m’habille et je prends…

Midnight snack !

En quittant Bernie, ce soir, je lui ai dit « sleep tight, don’t let the bugs bite ! » Et, aussitôt, il m’a répondu « no, I will bite them, it will be my midnight snack. » Bernie est extrêmement drôle, en plus d’être philosophe et d’endosser naturellement le rôle de guide hors pair de Chicago. Ainsi, nous avons…

Listening to Bernstein’s 2nd Symphony : the age of Anxiety

11 AM is the right time for listening to Bernstein’s 2nd Symphony, the age of Anxiety. L’album vient de paraître chez DG et l’œuvre est interprétée par Krystian Zimerman, un ou peut-être le plus grand pianiste vivant, et Sir Simon Rattle à la baguette conduisant l’orchestre philharmonique de Berlin. Au-delà de l’intérêt double de cet…

Depuis ma chambre

Depuis ma chambre, la vue est imprenable sur une succession d’immeubles en briques rouges, en béton ou en acier. Devant ce mille feuilles de vies individuelles réunies en famille pour nombre d’entre elles, je me sens comme James Stewart et Grace Kelly dans « fenêtre sur cour », attentive, enthousiaste, amoureuse et prête à solutionner plusieurs énigmes…

Journée à Hyde Park sur le campus de l’université de Chicago

La journée de ce vendredi a commencé par la venue de la pluie. Et puis, Bernie est arrivé à l’hôtel, vers 10h30, avec sa Nissan grise. Il nous a conduits en direction du campus de l’université de Chicago à Hyde Park où il a été élève de 1965 à 1969 avec parmi ses professeurs Hannah…

Et si la vie était un puzzle, le mural serait un bon support !

Par hasard ou pas, j’ai choisi de séjourner 9 nuits à Chicago. Pour y dormir, l’ACME hotel me semblait désigné de par ce que son nom évoque et invite à imaginer … ! Ce voyage est un point culminant, une concentration de rencontres comme jamais. Dire que je pensais l’Américain superficiel. Finis les stéréotypes, l’humain…

Rencontres fortuites et extraordinaires au Chicago Cultural Center

Mon premier jour à Chicago, je l’avais imaginé à pied, du côté du Loop, au cœur de la windy city. En une demie-heure, j’y suis et me retrouve devant un des célèbres et plus vieux immeubles de la ville, le Chicago Cultural Center. Comme j’avais lu que son dôme, réalisé par Tiffany’s, il y a…

Enjoy !

Avant de reprendre le chemin des vents, je voulais simplement dire qu’ici, dans la Capitale du Midwest, à environ 7.000 km de Paris, les Américains sourient et vous remercient avec en fin de conversation un « enjoy » qui fait du bien. Mon chauffeur de taxi érythréen m’a dit « enjoy your stay ». Il était beau, des yeux…

Premiers pas dans la Windy City

Chicago est un concentré de skyscrapers (gratte-ciels), et l’incendie de 1871 qui a détruit une grande partie de la ville a favorisé l’éclosion de cette manière de construire et de vivre en ville. En effet, suite à cette plus grosse catastrophe américaine du 19ème siècle, il était interdit de construire avec du bois, les architectes…

Passage des contrôles : Yes I CAN (ouf) !

Le parcours du combattant, je l’ai avalé sans m’en rendre compte, un jeu d’enfant ! Formulaire ESTA complet, passeport ok, boarding pass impeccable. Sauf que mon enthousiasme a été tellement renforcé par un échange avec une Québécoise avant de se faire enregistrer les bagages que je me suis égarée… Tout d’abord cette femme avec l’accent…

Direction le Grand Ouest du côté du lac Michigan : Chicago !

Que dire, le jour où le voyage prend forme, le sac à dos légèrement rempli, il n’y a pas d’autres possibilités que de partir avec un P majuscule. Partir, c’est la conjugaison de l’univers du rêve qui se dessine comme un nuage flottant, de l’enfance qui se rappelle à soi avec son imaginaire débordant et…

Et si je vous parlais de la Société Nationale pour Cons Friqués …

Je suis usager très régulier des TGV circulant dans notre Hexagone. L’étonnement qui est le mien, quant à la manière dont la SNCF gère les aléas, me pousse à poster cet article ce soir. Le prix prohibitif des billets conduit mes congénères à dire que pour prendre le TGV il faut être friqué. A titre…

Un équipement pour cuisiner avec le cœur

J’ai toujours pensé que pour bien cuisiner, disposer des bons outils s’imposait comme un préalable, non négociable. Aujourd’hui, je n’en suis pas ou plus si sûre. Quand je goûte la cuisine de maman qui, certes, a invité des robots japonais à la maison pour l’accompagner dans la réalisation de ses recettes, Kenwood et d’autres, je…

L’air urbain entre les mains

À Paris, j’avance palmée. L’air urbain passe à travers mes doigts et les petites ouvertures du bus dont la clim semble évanouie. Le soleil décline, l’être humain se cache à l’ombre de son éventail ou des murs qui le séparent du murmure du monde. Lorsque l’engin de transport collectif de la RATP accélère, la chaleur…

L’année sera Japonaise ou ne sera pas

Si la curiosité vous anime, partez à la découverte de l’art japonais exposé dans les Salons de l’hôtel Rothschild, tout près de la rue du Faubourg St Honoré à Paris. La commissaire de l’exposition est la directrice du musée d’Art Contemporain de Tokyo. Vous y croiserez des œuvres d’Hokusai et d’autres peintres moines auteurs d’estampes…

Profondeur amie : « fukami »

A la tombée de la nuit, le jour s’efface à pas de loup et chavire du côté sombre. Les rideaux se ferment, les paupières papillonnent avant de se clore. La musique se fait l’écho des profondeurs et de la gravité du monde. Les corps se relâchent, les têtes ondulent, les hommes et les femmes forment…

J’avoue, j’ai été Béa de Trix, happée par la matrice …

Matrix, à sa sortie, fut une mini-Révolution pour les jeunes que nous étions au début des années 90. La vie pouvait se réduire à une série de codes informatiques composés de 0 et de 1, ça pouvait sembler binaire à première vue mais rien de simple au fond. Nous étions là pour sauver le monde…

Une T-Rex reine d’un jour

Aujourd’hui, j’ai passé un cap, pas celui de Bonne-Espérance, un autre, qui ne figure pas sur les cartes de géographie. J’avoue que je navigue en ayant conscience que la route et les paysages changent, et surtout les Hommes, toutefois, mon œil et mon cœur de mousse sont restés à quai, sur la terre ferme de…

Des fleurs et du whisky sous le guéridon

Dimanche de lendemain de fêtes, le sommeil s’est évaporé et se confond avec les vapeurs de thé. Je bois des fleurs du mal, je prends un bain au milieu des pétales, létales, et je souris de plaisir et de bien-être en fermant les yeux. Puis mes paupières frissonnent et se déplient en regardant les roses…

A tous les étages l’Homme grandit ou plutôt se rapproche du ciel

Avec l’âge, c’est comme si je montais les étages d’un immeuble et que je me rapprochais, chaque jour, un peu plus du ciel, du soleil, de la pluie, du vent, et des éléments de Dame Nature qu’ici bas, l’Homme a tendance à oublier, négliger ou tenter de domestiquer. Les étages aident à voir comme les…

Enfance japonaise

Ce soir, je marche sans mes jambes, juste avec ma tête. Des pensées me portent libérant de l’énergie, nouvelle et renouvelable qui, m’emmène loin d’ici. Je me pose, les yeux ventilés par un flux d’air léger, la chaleur devient enveloppe. Mon nid respire, s’aère. Je me revois et me perçois enfant. Peut-être est-ce l’effet de…

The Auld Alliance à Singapour

Parfois, il fait très chaud et par réflexe, la pensée s’évapore et se limite à « c’est le moment de boire et de se désaltérer avec de l’eau ». Et, d’autres fois, parce qu’un copain vous dit, « viens chez Artcurial, j’organise avec et chez eux une dégustation et une vente aux enchères de whiskies rares », alors, la…

Dessins de fin d’après-midi un dimanche à Pariggi

Après avoir visité le musée de Montmartre et regardé, observé des œuvres de Van Dongen, Suzanne Valadon, ou Maurice Utrillo, avec un ami, vient le moment de rentrer à pied, de prendre des chemins de traverse et de s’imprégner de lieux insolites tels que le bar à bulles dans la cité Véron où a habité…

Un éveil dominical

En ce dimanche de juin, je me dépose sur mes deux jambes, la tête en place, les mains dessus et autour. Je m’étonne d’un rien, un chant d’oiseau, pas un merle ni un rouge-gorge, un volatile de la ville, dialoguant avec le brouhaha qui perce les murs depuis les appartements voisins et la rue, jusqu’au…

Voilà c’est l’été : le féminété

Le soleil lèche les murs de Paris qui dégoulinent de crème fouettée sous l’oeil amusé des fenêtres qui s’émerveillent et miroitent. Ce spectacle muet et vivant me rappelle que c’est l’été, la saison de la cueillette des fruits rouges du jardin de Villetrun orchestrée par papa, qui grimpe sur son échelle et se mesure aux…

« A bout de souffle » is back

Si maman me voyait, elle me dirait « tiens, voilà mon troisième garçon » ! Mon côté raisonnable, en apparence, a besoin de flirter, de temps en temps, avec le pétage de plomb et que l’explosion soit visible, autant laisser des traces, histoire de faire son intéressante, et de se faire remarquer… Ce soir, il faisait chaud,…

De l’Aneth à l’âne pas net

Le dimanche, l’âne que je suis peine à sortir de son pré. Il se sent loin de l’envie d’évasion, préférant son nid vert, son pré carré plutôt rectangle, à la prairie lisse et feutrée du parc Monceau. Pas tout à fait nette, l’Aneth broute sur les tapis de son parquet. Elle croque des insectes et…

L’oiseau veille, toc toc, tic tic

La perspective enivre, l’Homme vit de la représentation. La palpation du temps lui échappe, il le sait, il l’explore, quand, saisi par l’instant, un bout de son cerveau prend la tangente, et rejoint un autre bout de l’espace temporel, suit une ligne puis s’égare vers des points imaginaires. Cet Homme-là est créatif, il ouvre les…

La fraise boit

La fraise sort du bois en titubant, la fraise boit. Il pleut, les Tropiques se sont déplacés jusque dans le Loir-et-Cher. Le soleil perce les feuilles d’un acacia mordoré. Du miel coule des frondaisons, les abeilles ont revêtu leur combinaison en Néoprène. Un petit être mi-Homme mi-animal se délecte en regardant les gouttes s’étirer depuis…

Quand maman fait mouche…

Quand maman fait mouche, la mouche n’a plus qu’à s’éteindre après un ultime bouche à bouche avec les fenêtres. Fleuret moucheté, je me mouche, à l’aube de l’été. Dans une mare de sang, une mouche s’étend, sans bruit. Crachin crachas, la pluie (rou)coule dans mes poumons. Orage, les gouttes déroutent les mouches de leurs doutes,…

Marker des temps

Si vous êtes de passage sur Paris, ou Parisien, de passage sur terre, à la recherche du temps, de demain d’hier et d’aujourd’hui, tous trois entremêlés, courez découvrir l’exposition Chris Marker à la cinémathèque française dont le bâtiment a été imaginé par l’architecte Frank Gehry. Chris Marker incarne l’homme et l’artiste tout à la fois,…

Les rimes s’arriment à la frime

A Kyoto, je tartine ma peau d’huile de riz, assise en tailleur sur un tatami. La chouette hulule, je bois un pinot gris et me sens flotter comme un rhizotome dans son officine, empreinte d’auto-dérision et de nostalgie. Jour et nuit, inlassablement, je recherche le biotope de l’essentiel, l’origine du lien avec la chlorophylle. Aneth…

Ce matin, levage au ralenti

Peut-être parce qu’il fait froid, le corps qui me porte et m’enveloppe vit au ralenti. Le levage au petit matin ne s’apparente pas à une petite chose. Sa présence est poids, son poids est mesure, sa mesure un bout qui compte physiquement et qui entraîne le reste. Dans la journée, je cours parfois, pour rattraper…

L’inspecteur mène une drôle d’enquête

Sans le savoir tout en le sachant, je mène une enquête sur la vie terrestre. J’essaie de comprendre, telle une digne descendante de la Grèce des Pré-Socratiques, d’Aristote et de Platon, si la vie existe, si tout ceci ou cela, et vice et versa, est bien vrai ou si ce n’est pas un rêve. Je…

Photos de lumière et de nuit

Regarder et voir ne vont pas toujours de paire ni de soi. L’appareil photo sous la main, je tisse des fils entre la vie, les êtres et les choses. Un souffle soulève l’oreillette de mon ventricule, je respire puis je me concentre sur les images du monde, ce tout qui m’entoure et m’anime, ce tout…

Pâquerettes loin de Paris : à la campagne la moquette fleurit !

La pâquerette, au printemps, se peigne et soigne sa coupe. La tête hors du sol, elle s’aligne avec le soleil, une collerette autour de son œil de cyclope nyctalope, l’arête au milieu. Pour écouter gazouiller les oiseaux, la petite fleur s’étire en longueur, la tige enserrée sous ses talons. Incapable de les accompagner en jouant…

Antigonegone aphone

Antigonegone a perdu son téléphone, elle est devenue aphone. Antigonegone est franche du collier, quand elle se présente, elle insiste sur sa qualité de francophone. Antigonegone s’étire les neurones, elle a les nerfs, elle est « on ». Antigonegone compte et assemble des chiffres toutes la journée, elle préférerait écrire des poèmes ou des histoires, c’est pourquoi…

1er mai à Paris, c’est le moment de rentrer et de se mettre au chaud !

De retour à Paris, je concède un « adieu veau vache cochon… », le beau temps a tourné ses talons vers d’autres pays ou continents, loin des cinq coins de l’Hexagone, quelle désillusion ! 20 degrés Celsius de moins qu’à Shanghai et une atmosphère beaucoup moins moite et foggy, grâce au (thermo)mix de notre fée électricité à…

S’enraciner par le dessin

Pour tuer le temps, et oublier la fin, il y a ce miracle qu’est le dessin qui vous absorbe et vous tient tout près, et même dans ou sur le motif. Aujourd’hui, j’ai utilisé des pastels, avec une approche peu technique, plutôt intuitive en mode « cochon » vu le rendu et j’en ai mis plein le…

En voyage, le jeans ne tient pas toujours ses promesses …

L’œil qui frise, je concède que je nourris un certain goût pour l’observation et l’ironie sans oublier l’auto-dérision bien sûr, sinon, le tabouret serait bancal. Illustration du sujet de savoir se moquer de soi-même. Si mon jeans disposait à l’origine de deux jambes, d’une fermeture éclair, de quatre poches, d’ourlets et d’un tissu solide couleur…

Cérémonie du thé improvisée avec de jeunes chinois

Alors que je déambulais sur le Bund, deux couples de mariés se faisaient photographier. Nous étions quelques badauds à observer la scène et à photographier aussi. Un trio de jeunes chinois entre 24 et 36 ans, deux jeunes femmes et un jeune homme, m’ont demandé de les prendre en photo à leur tour. Et puis,…

Vue splendide et DJ proche de zéro

Heureusement, y a de la Heineken au bar, tout en haut de la tour, pour changer de la Tsingtao ! Et, en ce qui concerne l’ambiance musicale, c’est archi mauvais. J’aurais bien proposé mes services au jeune DJ pré-pubère, mais bon, je pourrais être sa mère… C’est moi qui suis hors du coup, il faut…

Barges sur et au-dessus du Huangpu

Pendant la nuit, les barges continuent de charger, de flotter et de livrer leurs cargaisons. Parfois, elles peuvent contenir jusqu’à 16 containers. C’est impressionnant vu du 30eme étage d’une tour qui donne sur le Bund et le Pudong. Il fait nuit, les centrales de production électrique donnent à plein. Toutes les tours lumineuses rivalisent d’énergie…

Les années de pèlerinage

Je voyage pour oublier d’être sage, pour oser regarder derrière les paysages, pour voir d’autres visages et usages de la vie, pour dépasser le ciel et percer les mystères du réel, de ce que je suis et que je n’avais pas imaginé… Comme le héros de Murakami j’essaie de comprendre ce qui me motive, mes…

Des petits pas avec mes yeux

Après avoir beaucoup marché du Nord au Sud et d’Est en Ouest, pour quadriller le territoire, cerner l’inconnu, je me rapproche enfin de mon espace vital, d’une forme familière, je peux en faire le tour, l’embrasser, le regarder de près ou de loin, y retourner. J’économise mes pas, soit je longe le Huangpu pour prendre…

Hôtel sur le Bund, mon bardas en deposit !

Ici on se lève tôt, et on se couche tard, l’épaisseur fine de carton pâte du shikumen dans lequel j’ai dormi me l’a rappelé. A la tombée du jour, les dîners festifs installés sur des petites tables pliantes réunissent les voisins et ça rigole dans les coursives. Quelques heures plus tard, dès l’aurore, tout le…

Thé dansant au Fixing Park cet après-midi

Bien décidée à me poser, je pars avec Murakami sous la main en direction du parc de Fuxing. Après 20 bonnes minutes de marche, j’aperçois des joueurs de go puis de cartes, des photographes du dimanche comme moi et des amateurs de danse de salon. Je m’assoie et les observe longuement. La musique est sirupeuse…

A moto dans le quartier de Xintiandi

Changement de lieu, j’arpente les rues puis les dédales de couloirs du métro, direction plus au sud vers Fuxing Road, près du métro Xintiandi, dans le quartier de l’ancienne concession française, apparemment devenue un endroit branché. J’y ai loué un appartement pour une nuit, dans un shikumen. Arrivant en avance, j’ai attendu le propriétaire plus…

Entre chien et loup, les petites culottes flottent aux fenêtres

La tête en l’air, et aussi sur mes miches, je suis attentive aux deux roues motorisés électriques et aux vélos qui déboulent de toute part. J’aime en fin de journée suivre le sens du vent et me rapprocher de l’air marin de Hangpu. Mes cheveux se soulèvent et mon appareil photo appareille. Je retrouve mes…

De Pudong à Nanjing Road

Mercredi, il refait beau, pas trop chaud, l’air marin souffle entre mes orteils. J’ai pris le métro direction le business center de Pudong à l’Est de Huangpu. Les buildings sont multiples d’eux-mêmes, impossible de les dénombrer. Ils sont d’autant plus hauts qu’il faut amortir leurs fondations, car forer dans d’anciens marécages oblige à creuser en…

Une soupe et un dessin avant d’aller dormir

Pas tout à fait par hasard, j’ai retrouvé le restaurant que j’avais découvert dimanche midi sur Yunnan Road. J’avoue que la soupe d’herbe qui ressemble d’assez près à de la coriandre, mais pas seulement, est à tomber. Le patron fait peur, à chaque fois que j’y vais, j’ai le sentiment qu’il me gueule dessus. Il…

Courir sous la pluie à Shanghai

Dans le plus grand port du monde, quand il pleut, ça défrise sec ! Je me suis dit, tiens, sillonnons la ville sous terre, prenons le métro. La carte est bien plus simple que celle de Tokyo, chaque ligne porte un numéro et s’étire entre deux directions comme en France. A l’intérieur des wagons, l’espace…

Nanshi : récit d’une fleur de Shanghai en voie de disparition

Hier soir, nous avons échangé, dans la joie et la bonne humeur, avec les room mates de mon dortoir. Toutes chinoises soit en attente de trouver un appart soit en voyage pour la plus âgée, retraitée, soit de passage pour des soins dentaires. Elles sont drôles et nous avons parlé du célibat. Ici, aussi, se…

Le re-Bund

Première journée, suivez Abe (une blague pour les adeptes de jeux vidéos des années 2000), ou plutôt Antigone, des images et des odeurs plein la tête et des kilomètres dans les pattes. Ce matin, vers 8h30, au commencement de la journée, l’air de cette immense ville portuaire m’a paru frais et agréable, pas si pollué…

Shanghai : place du peuple

10.000 km à 10.000 mètres d’altitude à 1.000 kilomètres par heure se traduit par un vol Paris Shanghai en 10h30, décollage et atterrissage compris. Voyager avec China Eastern sur un 777 fut un long instant tranquille, peu de turbulences. J’ai eu le sentiment de flotter avec nounours, celui de Pimprenelle et Nicolas, sur un nuage….

L’efficacité naît du désordre de l’instant

Au pays de Confucius, je choisis Shanghai, l’Italie de l’Europe quand le Japon se rapprocherait de l’Allemagne. Pékin méprise Shanghai qui n’est pas la Chine car ici la créativité existe, c’est comme si leur mémoire avait oublié les piliers de la l’enseignement de Confucius : la répétition et le respect du maître. Il faut des…

L’image riz : un drôle de monde imaginaire

En route vers l’Asie, majeure plus que mineure, je monte sur un dromadaire aux yeux rieurs qui crache comme un lama. La caravane se forme, les bédouins sont concentrés, le nez en pointe droite, la tête en avant, en direction de l’horizon, à l’Est toute ! L’idée de ce voyage est simple, faire un petit…

Un théâtre enchanteur : le Loir-et-Cher !

Un loir du Loir-et-Cher se ronge les sangs, s’ennuyant « ferme » dans une étable…Il veut se mettre à table et jouir de la vie, et pourquoi pas croquer une toile de Jouy. Parce qu’il n’a rien d’autre à se mettre sous la dent, il grignote une scène champêtre tendue sur un paravent et se dit sous…

J’ai pris un bain de forêt avec le noyer de notre maison

Dans le jardin villetrunois de mes parents, un noyer s’est posé et s’impose, avec majesté, depuis 1910. Il se tient sur ses racines invisibles et profondes, et son tronc le conduit haut dans le ciel, tiré par sept branches. Papa l’a équipé de deux protections de couleur verte là où deux branches ont cédé. Grâce…

Bureau de tabac en Zurichois

Fernando Pessoa aurait aimé s’égarer dans le vieux Zurich, passer un pont de la Limmat et ôter son chapeau avant d’entrer dans ce bureau de tabac. Fumer le cigare ou la pipe au Tabak – Lädeli pourrait s’apparenter à une vertu médicinale. La brosse à dents remplie de cigares voilà qui garantit une belle coloration…

Une tête sans chapeau et un chapeau sans tête

Le modeste modiste est un art de vivre doublé d’un métier en voie de disparition…Le chapeau se fabrique majoritairement depuis une bonne cinquante d’années grâce à des machines et des procédés industriels, et n’est quasiment plus l’apanage d’artisans aux doigts ailés, capables de lui donner sa forme sans intervention de l’intelligence artificielle. Un joli tissu,…

Jour de grève : endiamo, la bouche en coeur et la tête en fleur…

Aujourd’hui, trois avril 2018, jour de grève perlée, il est peu probable que vous croisiez un congénère la tête en fleur et la bouche en coeur, les joues gonflées de bonheur ! Il suffit de fermer les yeux dans le métro et de s’imaginer que c’est possible. J’avoue que c’est bancal, un peu fou. Pourquoi…

De la pâte dans tous ses états

A la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, se tient actuellement une exposition sur les Pastels : de la Renaissance Italienne (Jacopo Bassano…) à aujourd’hui (Nicolas Party). La découverte du lieu et des œuvres furent un moment délicieux. Un des films projetés montrait comment la maison Roché, qui existe depuis plus de trois siècles, historiquement située…

Cendrillon dans le Valais

La Suisse comprend 22 cantons, et se compose de plus de 8 millions d’habitants et de milliards de richesses, au-delà de celles dont nous avons coutume de parler… Avec B., nous avons atterri à Zurich, samedi, sous le ciel bleu, dans la plus grosse ville du pays, soit un peu plus de 400 mille habitants….

Devenir ce que l’on est

Parce ce qu’il n’y a pas de soi sans le monde et qu’un monde sans le soi est possible, je me sens devenir ce que je suis dans le monde qui est. Il pleut, il fait gris et je rayonne au dedans. Parfois, c’est le contraire. Naturellement, je pratique l’intelligence inversée, je regarde et me…

Schtroumpfette à la houpette en goguette

Partout où il fait jour, la nuit s’ennuie, et entre les deux, je suis étendue sur mon lit. Blottie au milieu, je ne lis pas, j’écris, je récidive. Mon côté mousse en mouvement se met en suspens et à penser à ce que je ferais si j’étais une schtroumpfette à la houpette en goguette, naviguant…

Brantes, au pied du Mont Ventoux

Si demain, je renais, ce sera là-bas, à Brantes, au pied du Mont Ventoux. A 500 m d’altitude ce village a illuminé notre we. Dans ses ruelles, des maisons perchées et fermées, et au-dessus un ciel immense, avec au bout des yeux le dôme crémeux du mont Ventoux enneigé, impraticable avant fin avril. A l’entrée…

Il pleut et mes dessins ne manquent pas d’air

Inlassablement, la pluie prend ses quartiers en cette fin d’hiver qui s’éternise, et tire ses rideaux, des cordes d’eau franchissables entre le ciel et la terre, mais à travers lesquels la vue se brouille, sans étincelles. Pour dégager les nuages de la drache, je prends mes pinceaux, et j’écarte le gris, tout en en gardant…

Rêve riz du jour dans la baie de Sendai

Repérage, caméra dans l’œil, le film sera de format court, une sorte de poème visuel construit sur dix sept syllabes, un haïku illustré. L’histoire ? Une aventure centrée sur une rencontre imaginaire, une traversée des siècles et des cultures, la possibilité d’une rêverie au pays du monde flottant et du riz. Un aller sur les…

Fleur solaire

Changement d’air, je décolle de terre, une fleur enroulée sur l’oreille. Je sifflote comme un matelot, ma soucoupe volante commençait à rouiller dans le salon. Après l’avoir faite réviser, et opéré quelques modifications, je repars du côté de notre système solaire. J’ai tellement envie de voir ma fleur irradier sous l’effet de l’astre d’or.

Jour de pluie, une baleine succombe à un parapluie

Dans un film coréen « seule sur la plage la nuit », un metteur en scène lit un roman et dit à son actrice ex compagne que l’amour doit être élevé à un niveau supérieur au-delà des questions de bonheur et de malheur, et des différents sentiments humains. Ma baleine, tapie sous la table du salon s’est…