Wake up in London

Ma nuit dernière fut bercée par les vibrations du « tube » londonien. J’habite en sous-sol d’un hôtel, duquel j’aperçois la rue, par un soupirail. C’est un petit peu bruyant, pas très chauffé mais bien situé, tout près de King’s Cross et de St Pancras. À Londres, depuis 24h, il fait beau, légèrement froid et le soleil illumine le ciel, on ne peut plus bleu. Je me remplis les yeux, sans les rassasier, de cette belle lumière automnale. Je vole comme un oiseau libre, les fers aux pieds, sans chaîne, heureux d’être là, en vie, les orteils sur terre et la tête emportée par le mouvement, autour et au-dedans. Je suis saisie, ravie, aspirée par la beauté. J’ai chaussé mes lunettes de soleil et mon appareil photo me taquine le bout du nez, régulièrement. 

Hier, avec ma nièce, nous avons sillonné le canal, au nord est de Londres, en partant du quartier d’Angel. Sur les rives, les joggers, les familles et les cyclistes se croisent. Parfois, ils marquent un arrêt et prennent un brunch. Les péniches sur la Tamise laissent poindre d’autres habitudes de vie, et lorgnent du côté de la bohème bourgeoise. Ces bâteaux étroits, effilés comme des carpes, en tôle peinte, égaient le paysage serti de briques rouges, un peu tristes. 

Nous avons marché tellement que nos batteries corporelles auraient pu revendre de l’électricité excédentaire sur le marché de gros de l’électricité… Nous sommes allées jusqu’à Bloomsbury le quartier de Virginia Wolf, de ses amis et amant(e)s et ensuite, vers Piccadilly où nous avons pris le thé et un scone beurré toasté de confitures aux fruits rouges chez Fortnum and Mason, le temple du genre, très feutré et délicieusement raffiné. La passoire en argent je l’aurais bien confisquée ! 

Aujourd’hui, je suis allée du côté de St Paul Cathédrale et là, j’ai croisé des vétérans, médaillés, un coquelicot sur le bouton du manteau. Nombreux sont les Anglais à en revêtir un, souvent en papier, un rituel du mois de novembre. Dans le tube, j’ai pris une belle photo de l’un d’entre eux. Et j’en porte un aussi, pour accompagner mes amis anglais, car la mémoire doit être entretenue même si notre entente n’est et n’a pas toujours été cordiale. 

Ce matin au petit déjeuner, en sous-sol, j’ai regardé la BBC et j’apprends que la Reine, aussi, a placé ses « petites » économies dans des investissements « off shore » et notamment sur les îles Caïmans, merci les Paradise Papers… Eh bien, « Fuck the Queen » (car parfois c’est salvateur et nécessaire, oui, ça fait du bien d’être irrévérencieux devant les abus de nos gouvernants) comme l’a écrit un Anglais sur un tag dans la rue de mon hôtel. 

Au Barbican Centre, au sud de King’s Cross, non loin de St Paul’s Cathedral et de la Tamise, le LSO (London Symphonic Orchestra) s’est installé, en résidence, conduit de plus en plus fréquemment par Sir Simon Rattle, sur le départ du Philharmonique de Berlin. Je les ai vus dernièrement à la Philharmonie de Paris lors d’une soirée spéciale Stravinsky autour de ses musiques pour ballet. Et c’était émouvant, car les Anglais ont l’âme musicienne, je l’éprouve, profondément. De manière historique, nos orchestres français roulent plus à droite, l’émotion vient de plus loin de l’autre côté de la Manche… 

À côté du Barbican Center se situe la Galerie de Barbican, et en ce moment, une exposition consacrée à JM Basquiat permet de voir des vidéos, interview et petit film expérimental, et surtout plus de 100 œuvres du jeune artiste né à Brooklyn et mort à 28 ans. Il a connu et fréquenté Warhol, mais surtout il manifestait une grande fraîcheur dans son coup de pinceau. 

Depuis 20 minutes, j’écris dans une salle de la Tate Modern de l’autre côté de la Tamise, une salle sombre dédiée à des œuvres de Rothko, les Seagram Murals, qu’il a voulu exposer ainsi dans la pénombre. L’installation, il est suggéré de s’asseoir sur un banc, et les œuvres de couleurs foncées invitent au repos, cela commence par l’œil et puis suit le corps tout entier. 

Je vais y aller, j’ai faim ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s